juraEZic

Confirmed members
  • Content Count

    963
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    1

Everything posted by juraEZic

  1. Je m'étais toujours demandé comment c'était dans une coquille d'escargot, maintenant je sais 😅
  2. Bravo François !! difficile à suivre et encore plus à dépasser... A chaque fois que j'ai tenté quelque chose de différent, je me suis pris 30 ou 60 minutes dans la vue ☹️ Bravo à Fabien et Cyrille qui complète le podium Merci Yann pour ces classements très visuels et les commentaires qui vont avec ! Courage à ceux qui sont encore sur l'eau virtuel et ceux qui se sont engagés vers Goa 😉
  3. Bonsoir à tous, En tant que vainqueur PDD de la Team, il me revient l’honneur de faire le CR de ma course. Alors, je vais être très original, mais comme beaucoup de vainqueur, je n’avais pas l’intention de faire cette traversée. Les Transats sur bateau lent sont une galère pour moi. Mais, l’Amirale avait plusieurs fois demandé une équipe PDD et avec le challenge EZ, je ne pouvais plus reculer… Et conformément à mon habitude, mon départ est loin d’être fulgurant, puisque je me retrouve rapidement dans la deuxième partie du classement, de quoi surveiller mes coéquipiers. Au cap Finisterre, je suis trop à l’Est à mon goût (plus court, mais moins venté). Finalement, cela me permettra de toucher plus rapidement des vents plus forts le long des côtes portugaises, de n’être que 30 minutes derrière Speedou le futur vainqueur PDD. Je vois bien quelques bateaux partir au Sud, et parmi eux quelques PDD, mais manquant de temps pour étudier les options je suis mon routeur préféré. Aller droit sur Las Palmas, que j’atteints juste derrière Bernard (Betelgeuse d’Orion) qui mène nos PDD. Et là gros dilemme, Ouest, Sud, Sud-Ouest ??? Se sera SSO, car l’Ouest me paraissait beaucoup trop aléatoire. Je pars plus au Sud qu’une bonne partie de la flotte car il y a plus de vent, mais c’est un peu plus long… 2 jours plus tard, je me retrouve encore 30 minutes derrière Speedou, Bernard lui est un peu plus à l’Ouest. Pour me démarquer de Speedou, je poursuis un contre-bord à l’Ouest un peu plus longtemps, puis descends un peu plus au Sud. Catastrophique !!! 1 heure de perdue. Bernard est lui sur une route un peu plus au Nord. C’est alors que Bruno (Velluim) m’informe qu’avec ce bateau, les vitesses ne varient pas beaucoup avec la force des vents et qu’il vaut mieux privilégier la route la plus courte. Damned !!! je regarde qui est sur la route un peu plus au Nord, et y’a du EZ… A partir de là, à part un empannage pour vers le Sud, qui était sans doute une erreur, c’est TWA optimisée pour la VMG, faisant fi des propositions du routeur. Au fur et à mesure qu’on se rapproche de St Barth, plusieurs Nordistes passent au Sud ce qui à mon avis est leur erreur et une bénédiction pour moi. Unique empannage le matin de l’arrivée, toujours en optimisant la TWA. Je rejoins alors Cousto qui à la 10ème place du classement PDD. Sachant qu’au niveau EZ, sauf accident je ne pouvais être rejoint, je me mets comme challenge d’essayer de le passer, mais même en rasant les côtes au max, je suis 4 minutes derrière. Je n'oublie pas qu'une partie de l'adversité étant partie se perdre à l'Ouest, a facilité un peu la tâche 😁 Mes excuses si les termes de navigation employés ne sont pas les bons, comme ma droite et ma gauche, il m'arrive de confondre 😆 A bientôt pour d'autres aventures sur les mers virtuelles après une pause réparatrice 😉
  4. Minute papillon !!! je viens juste d'arriver, même pas le temps de mettre un pied sur le ponton !!! Halte aux cadences infernales !!! Pis d'abord, ChatMiral a dis que c'était Bernard qui gagnait en PDD 😜
  5. Et voilà, notre aventure à 6 sur MTZ-EZ se termine, après un peu plus de 3 semaines de mer. Heureusement, car ça commençait à devenir longuet… On ne savait plus que faire à part un coup de 150, un coup de 149, voire du 150,5 pour tromper l’ennui. Finalement c’est Isa qui a un peu animé la vie sur le bateau, en sortant finalement son bikini. Elle a judicieusement pris place sur le pont avant, ce qui nous a permis de continuer droit… Toujours aussi prévenant, un de ses princes charmants a même fait un double empannage pour que le bronzage soit homogène entre le bâbord et le tribord. Dans la série challenge, après les 24 h de la semaine dernière, Bruno a tenté et brillamment réussi son 48 h challenge. Mais à trop vouloir accaparer la barre pour moins s’ennuyer, il a eu du mal à trouver quelqu’un pour le suppléer. N’ayant plus à s’occuper de navigation, le reste de l’équipage s’est lancé dans de grandes discussions sur la vie de chacun, entre-coupées de cours pour Isa, histoire qu’elle monte en grade. Sinon, Isa a visité la cale avant pour voir si on avait bien pris le spi lourd dont on aurait besoin juste avant l’arrivée. Patrice nous a fait un petit coup de déprime rapport à l’activité de son bas-ventre. Bref la routine !! C’est Isa qui a géré l’arrivée sans égratigner la peinture, s’il vous plait, de quoi gagner un galon. Au final, 10ème de la team, avec mention « peut mieux faire », mais c’eu pu être pire aussi.
  6. Message aux EZsoufflés : ECHOUEMENT STRICTEMENT INTERDIT !!!! sous peine de fessée d'ortie à vie de devoir manger tous les fromages qui pourrissent dans ma cale 🤪
  7. @M63-EZ je vois que tu es revanchard... ou tu ne digères pas que les Ezsoufflés aient osés mettre une patte sur la première marche du podium 😂 juraEZic, gogab, romina2foc, pados, leberger, fredo et j'en oublie peut-être sont en PDD. 😉
  8. Bonsoir, Je suis un capitaine heureux, Je sais bien qu'il a peu de chance que le classement reste le même demain soir, mais pour une équipe novice (c'est notre première course ensemble), si on nous avais dit qu'on viendrait chatouiller les redoutables EZcogriffes à 24 h du terme, on aurais tous signés illico 😃 Bon ! Les Ezsoufflés, on ne lâche rien !!! Sur un malentendu, on peut même remporter le challenge 😛
  9. Non Maurice, ce n'est pas un sacrilège, c'était tel qu'il était il y a 20 ans. Mais le système de notation de l'AOP a changé, tu as une meilleure note pour un fromage sans trou que si tu as des trous et qu'ils sont mal répartis. Comme c'est plus facile de ne pas faire de trous, que de bien les répartir, maintenant plus de 80 % des Comté sont sans trou....
  10. En fait, Bruno commence à s’inquiéter, car les Ezsoufflés pourraient bien souffler la victoire aux félins 😁
  11. J'aime tes questions pratiques 😂 mais je m'attendais presque à autre chose, encore que le doute ne soit pas permis 🤣🤣🤣
  12. Deuxième semaine de course sur MTZ-EZ, et on peut dire que le confinement à 6 sur cette coquille de noix n’est pas une sinécure et commence à laisser des traces sur ses occupants. Il faut dire que depuis le passage de la bouée, il n’y a pas grand-chose à faire. On a bien eu l’idée de jouer à celui qui pisse le plus loin, mais la présence féminine nous a retenu. En plus, personne n’a songé à prendre un jeu de carte, donc chacun s’occupe comme il peut. Bruno qui avait l’habitude de faire son footing sur l’Imoca, a renoncé, bateau trop petit. Du coup, il s’est lancé dans le 24 h challenge, c’est-à-dire rester 24 h à la barre. Pour l’instant, il en est resté à 12 h. On a mis le holà quand il a voulu faire des virements non justifiés, juste pour ne pas s’ennuyer… Patrice n’en fini pas de faire ces lessives. En continuant comme ça, il est prêt pour le déconfinement, option lavage du masque en tissu. Fabrice, c’est attaqué à la déco du bateau, mais faute de matériel adéquat, son projet a tourné court. François commence à prendre le spleen, il est nostalgique de ses chevaux. Alors, tous les soirs, il va à l’avant du bateau pour nourrir les poissons. On lui a demandé d’arrêter d’utiliser nos rations, sinon il va falloir se mettre à la pêche (et comme on n’a pas de cannes…). Il a également compris qu’il lui serait difficile de prendre une douche, vue qu’il n’y en a pas ! Bertrand est le plus sérieux de tous. Pour tromper son ennui, il se présente à la barre 1 h avant son quart et on n’a du mal à le faire décrocher. Grosse discussion avec François pour savoir s’il y a une mer en Pologne (à ce moment-là c’est un polonais qui menait la course). Réponse : la mer Baltique. Réponse de François : « Je connaissais l’eau de Cologne et ignorais qu’il y avait de l’eau en Pologne ». Quant à notre matelotte, elle a droit à des cours de navigation (la fameuse différence entre abattre et loffer) et s’aperçoit qu’un bateau n’a rien à voir avec une planche à voile. Sinon, notre bateau approche du 15°S. Les températures augmentant, l’équipage masculin espérait qu’Isa allait sortir son bikini. Raté ! « Il ne fait pas assez chaud ! » nous a-t-elle répondu, en habituée des plages Méditerranéennes. A bientôt pour d’autres nouvelles PS : Tout ressemblance avec des faits ou des personnages existants ne serait que fortuit… 🤪
  13. Merci pour le rappel, Joris, et Merci pour le classement
  14. Quelques nouvelles du bateau co-gestion de la Team, MTZ-EZ. Bertrand (Commandant Mitchell), Bruno (Velluim), François (Kergromo) et Fabrice (juraEZic) ont repris place à bord. Patrick (Patcash) a été remplacé par Patrice (Marius-Jacob) et Christophe (Leroulis35) avantageusement remplacé par Isa dite « la Matelotte ». Non, elle n’est pas là pour le ménage, la cuisine ou soigner les petits bobos des skippers mâles. Son recrutement est stratégique ! Sachant qu’un Figaro 3 fait un peu moins de 10 mètres de long pour 3,4 mètres de large, dans lesquels il fallait déjà loger en plus de tout le matos, 5 gars dont la taille moyenne dépasse le mètre 80, il ne restait pas beaucoup de place pour un 6ème équipier… Cette présence féminine a quelque peu modifié la vie à bord. Par rapport à la précédente traversée, on entend beaucoup, beaucoup, beaucoup moins de pets et autres rots… Bon, un Figaro n’est pas très grand, mais elle a mis du temps à trouver la barre… ou alors elle visitait pour bien prendre ses marques. Le début de la traversée se passe sans encombre. Bertrand et Bruno sont quelques fois difficiles à trouver, soi-disant en train de faire du rangement dans la cale avant… Isa tient ses quarts très sérieusement, on peut voir les jointures de ses doigts blanchir lorsque qu’elle est à la barre, c’est dire ça détermination ! Chacun prend ses petites habitudes, sa lessive pour Patrice, la pause de 16 h pour Isa, bref, on s’occupe comme on peut. A signaler, un moment romantique entre Bertrand et Isa à regarder les étoiles (à 9 h du mat 😎) sous le regard discret du reste de l’équipage. Il était question de poisson-scie et de capitaine cœur de miel, accompagné de quelques notes de guitare de Isa. Cette dernière nous a également gratifié d’un coup de calgon pour une histoire de cahouète, au point de vouloir couler le bateau. Il a fallu faire appel à toute notre connaissance de la psychologie féminine pour la raisonner, en lui expliquant que si elle était sur ce bateau, c’était pour nous faire gagner, que pour ce qui était de perdre, on s’en occupait, nous les mecs, et qu’en plus, vu le manque de place, il n’y avait pas de canot de sauvetage… Finalement ce dernier argument l’a convaincu de renoncer à son projet. Coté stratégie, c’est 4 contre 2 pour l’Ouest contre l’Est. Nous étions donc à l’Est de la flotte Ouest. PS : Tout ressemblance avec des faits existants ne serait que fortuite…
  15. Je confirme qu'il a bien fallu que le capitaine mette les mains dans le cambouis, sinon on finissait avec un score à 3 chiffres... Quelques jours comprendre la philosophie de l'équipe, qui à trop de respect pour les grades et ne laissera jamais un capitaine à la traîne (malgré toutes les menaces). Dont acte !
  16. Un immense merci à Michel pour son dévouement de classeur tout au long de ce périple virtuel. Bravo au podium, la lutte était magnifique. Bravo aux BSPantouflarDD qui ont été intraitables en PDD. La bataille a été rude, et vous avez été plus régulier. Bravo aux valeureux navigateurs virtuels qui ont fait l'intégralité de ce tour du monde !
  17. Je confirme. Dans le genre polar noir, Franck Thilliez. Merci, pour les autres que je ne connais pas
  18. Je crois que la place des Ezsoufflés est surestimée. Avec 36 pts, nous sommes plutôt 5e
  19. Je sens comme une pointe de jalousie... À mes coéquipiers, la meilleure stratégie est de les ignorer et de continuer notre route. D'ailleurs, nous avons repris la tête du classement PDD interteam, alors go Go GO OOOOO !!!!!!
  20. Ne te sous-estimes pas, Serge ! cette victoire est le fruit d'un travail de la météo et du suivi de ton bateau. La chance y a sans doute contribué, mais c'est le cas pour toutes les victoires. Un grand Bravo à toi !!!
  21. Hello la Team, Voici venu le temps de CR des vainqueurs, un CR à 6 mains puisque comme l’a dit Maurice, c’était un équipage qui était à bord. Et quel équipage !! Suite une première expérience assez réussie sur la Maitre Coq, Bertrand (Commandant Mitchell), Bruno (Velluim), François (Kergromo) et Patrick (Patcash) ont décidé de remettre ça pour la Great Escape, mais en prenant 2 équipiers pour raccourcir les quarts. C’est comme cela que Christophe (Leroulis35) et Fabrice (JuraEZic) ont rejoint la fière embarcation armée par Serge (MTZ8493-EZ). Après le choix de partir en Imoca et en AO (pour éviter le voiles auto), ce sont 6 garçons dans le vent qui sont au départ. 1er Jour : Il faut tout de même à organiser la vie à bord, car 6 gars dans un espace fait pour 1 ou 2, c’est pire que le confinement actuel. Les 1/6e des premières 24 h sont rapidement définis, cela sera en général le cas pour l’ensemble de la traversée. Côté stratégie, c’est go go GOOOOO !! En fin d’après-midi, mini drame, François ne retrouve plus ses bottes pour son 1/6e, du coup il le fait en tong… mais se débrouille bien puisque qu’il nous ramène 4827e en partant de 10000e. Il a quand même faire gaffe, il voulait aller s’en jeter une à Cork… Fabrice y gagne le surnom de Petit Jésus (mais c’est Secret Défense). Où on a cru avoir perdu Bruno, et ce ne sera pas la seule fois. 2ème jour : Matinée à se vanner, faut bien s’occuper, en attendant l’empannage. Mais déjà on surveille Momo, ce qui sera le cas pendant toute la course, se méfier du chat qui dort… Grosse discussion pour savoir s’il vaut mieux être au Nord ou au Sud de la flotte. Finalement, l’équipe laisse Fabrice, qui skippe, décider (les pauvres s’ils savaient !!). 3ème jour : La routine commence à s’installer. Les 1/6e de nuit se passe comme sur des roulettes. On est bien au chaud avec les TOP VSR. Longue hésitation de Bruno, entre 125 et 127, on lui conseille 126 pour l’aider. Dans la matinée, grosse discussion sur les noms des habitants des petits villages où l’on vit… et petit cours sur les ailes de mouette par Bruno à Chris. Et Chris foire l’aile de mouette en direct. A sa décharge personne n’a compris ce qu’il s’était passé, on cherche encore… Résultats au moins 1 mille de perdu sur nos adversaires. Chris ronchonne toute la nuit et même un peu plus ! 4ème jour : Où Bruno part faire un footing sur le pont. Au retour, il nous parle de chevreuils, d’écureuils, Je crois sur tout qu’il a abusé du Verneuil. Pour le coup, c’est avec beaucoup de prudence qu’on lui laisse la barre, quitte à la reprendre pour ajuster le cap. Où on apprend également que Fabrice mange des crêpes avec du cidre Breton, et qu’il fait l’aile de mouette en prog, les yeux fermés pour être sûr que ça se passe bien. 5ème jour : Vanneries à tous les étages et grosse progression au classement de 8000 à 105e. L’option Nord paye. Bruno apprend à Fabrice la différence entre loffer et abattre. Comme sa droite et sa gauche, Fabrice confond toujours. 6ème jour : Notre positionnement au nord de la flotte, la veille, porte ses fruits. Petit à petit, on refait notre retard. Pour le coup, on continue sur cette stratégie. 7ème jour : Discussion entre Bruno et Fabrice sur l’opportunité de « plonger » au Sud-Ouest, au plus court. Après moultes tergiversations et calculs, Fabrice décide de suivre l’option de Bruno. François corrige la trajectoire au quart suivant. On rentre dans le top 10 de la team, et on enchaine les ailes de mouette. François nous en fait une démonstration de toute beauté. 8ème jour : Bertrand s’endort à la barre, heureusement sous pilote auto. On constate avec joie, que notre option Sud nous a ramené dans le tableau arrière du Chatmiral. Le plus dur commence. Ça déraille légèrement sur les passages de relais, mais il y a toujours quelqu’un à la barre. Bruno explique à Chris quand loffer. Extrait : Bruno « lit du vent, ton cap est à 180° du vent ( tu es bout au vent ) + tu abats et + tu t'éloignes du lit du vent CQFD Qd loffer : vaste question cela dépend de l'enchainement des isobares qui te va bien en fonction du pt à atteindre » « Ex: on tire un long bord pour aller virer en avant de la dep , + tu loffes maintenant et - tu auras à le faire avant de virer. On est alors ds l'exception : la Vmg max ne paierait pas à terme » Chris « Dans l'idée, je comprends... Et vous savez qu'il faut loffer, en regardant le routeur, ou ça se déduit ? » Bruno « routeur + pif + éventuellement contrôle d'un concurrent + ...... » 9ème jour : Dans la nuit, François empanne à l’Ouest, pour toucher des vents portants plus fort. En début de matinée, Chatmiral est derrière nous. Nous sommes à L’Ouest de la flotte et distancé par ceux de l’Est, mais normalement on est mieux placé. Bertrand fait du télétravail à la barre, c’est dire si c’est tranquille. En soirée, on a encore perdu Bruno, un comble sur un coque de noix ! 10ème jour : Toujours à l’Ouest de la flotte et sur un moment d’inattention de Fabrice, Chatmiral nous repasse. Difficile à maitriser le loustic. 11ème Jour : notre statisticien, Pat, signale que par hasard, on a quasiment tous un nombre égal de quart de nuit et de quart de jour. Un équipage à l’équilibre parfait. Où, on a reperdu Bruno, ce qui devient une habitude. Il va falloir enquêter, il doit avoir une cache secrète avec plein de bonnes bouteilles !! On se rapproche du top 50 VR et entre dans le Top 5 de la team. 12ème jour : Pas mal de boulot pour bien arrondir les trajectoires à tribord, puis à bâbord. Un travail qui paie, on navigue entre la 30e et la 50e place. 13ème jour : Bertrand nous gère une aile d’albatros pour nous positionner pour le passage au ras des coté de la République Dominicaine. Pendant ce temps, Les prog de Bruno ont disparues sur son bateau. C’est « La haine ». Après un moment de découragement, il met toute son énergie sur notre bateau. Petite discussion stratégique pour la gestion du passage le long des côtes Dominicaines, avec pas mal de soucis de variation de cap, et Chris nous réussit une belle aile de mouette, en serrant les fesses. Ensuite, Bertrand nous fait du tricotage le long des côte Dominicaines en réduisant un peu le nombre de mailles pour gagner un peu de temps. Décision de ressortir à l’Ouest, où les vents sont plus forts. On est 30e VR et 4e de la team. 14ème jour : Grosse divergence entre les vents VR et ceux des routeurs. Du coup, navigation à vue pour Fabrice entre 1 et 2 h du mat. Le but, aller chercher des vents plus forts à l’Ouest sans trop allonger la route. Chatmiral fait le choix d’aller plus à l’Ouest. Serge qui mène la danse de la team depuis plusieurs jours est trop à l’Est et sera moins vite sur le final. En début d’après-midi, décision est prise de se mettre en cap fixe 184 sur l’arrivée. Explications de Bruno : « Sur le final + tu es W + tu devras fermer ton angle & - tu iras vite, ceux de l'E seront alors favorisés » en cap fixe, on reste au centre. Ensuite, notre classement VR fluctue entre 24 et 44e. Chatmiral est trop à l’Ouest. Arrivée un peu après 3h du mat, gérée par Chris, 30e au classement VR, 1er de la team avec 1’45 d’avance sur Chatmiral. Il a fallu se mettre à 6 pour en venir à bout !!!
  22. Bravo Serge ! !! Les conditions dans l'Atlantique étaient difficile, et comme je te l'ai dit, je pense que tu as optimisé au maxi. Tu m'as repris 12 h dans la remontée, alors que j'avais une stratégie similaire à la tienne En tout cas, Bravo et mérité Un grand Bravo également à Henri pour sa superbe performance en PDD Pour également l'avoir suivi lors de sa remontée de l'Atlantique, cela a été un travail de maître !!!
  23. @M63-EZ je suis également en class40 en PDD avec juraEzic, actuellement entre Patrice et Patrice 😁
  24. Bravo Richard. Et félicitations à ceux qui sont arrivés à ne pas faire d'erreur.