Jump to content
Virtual Regatta Club House

tsi-na-pah

Confirmed members
  • Posts

    3,317
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    11

Everything posted by tsi-na-pah

  1. Bonjour, "PDD" est une façon de naviguer et non pas un club « fermé ou ouvert». Regarde d’ailleurs d’où viennent les joueurs et joueuses qui participe à ce défi "d’équipement limité" Cela vient de toutes part, de pas mal de « club ». Solitaire ou membre d'un club, c'est pareil ! Bref... Alors si tu souhaites créer un club, Où la condition pour y adhérer serai de naviguer en PDD pourquoi pas, mais ce n’est pas le cas ici. Ici chacun vient équiper de sa prime, et pas plus !!!😉 et peu importe son appartenance, "club" ou non Quant à discord, Je ne suis pas sûr que pour communiquer, cela soit indispensable... drôle de nom quand même pour un club de discussion ! ... (discord : discorde, dissension, dissonance...) Voilà, voilà
  2. Oyez ! Mesdames, Mesdemoiselles et Messieurs du comité d'organisation et du classement. Une étourderie m'a équipé d'une combinaison qui ne sied point au gabarit PDD, une autre m'a fait rester chez Lastioulles... Alors, forcement, rappelle à l'ordre ! Contrit que je suis d'avoir commis une tel divagation. Incohérence d'une étourderie... L'affaire étant réglée, profitez bien de mon absence, et à l'année prochaine pour la suite... en Indien ! Si j'ai bien compris le "format" de la drôlerie : C'est un océan par an... Biz HokaHey !
  3. Comment...!! La panthère serait boulonnée... Drôle de boulonnerie que ces boulons-là, de qualité médiocre pour sûr. Boulonnée, M'ouais... Et bien, pas sur d'utiliser ce type de goujons pour fixer le lest à la quille ou quoique ce soit d'autre d'ailleurs... Des boulons qui permettent le mouvement ... c'te blague... Intenable qu'elle est notre féline... point de boulonnerie dans l'affaire Appelez-moi la fonderie Gast ! Et encore Bravo 😉
  4. Oyez ! Oyez ! Je reviens vers vous afin de vous conter mes dernières péripéties.... Car point de renoncement, mais ces aventures équestre mon contraint, à un changement de cap radical… Alors, dans un premier temps, pour calmer le destrier et ses embardée sauvage, je lui ai proposer une séance cinématographique d’un joli graphisme animée. Un film musical, de surcroît ! La musique adouci les mœurs, à ce qu’il parait… C’est connu chez les bipèdes, donc pourquoi pas chez le quadrupède… Le truc, c’est qu’ à la fin, tous les animaux se mettent à danser, voler… Alors, le bougre a voulu faire de même... C’te boxon à bord, que je te gambade à bâbord , que je te gambade à tribord tout cela en sautillant d’un trot alerte. Ouais, ben, l’alerte, se fut à bord… Cela eu pour effet de causer un roulis infernal alors que nous étions bercés d’un tangage persistant face au vent… C’en était trop ! Décision fut prise… Retour à la maison mère, terminus des prétentieux. Qu’il aille gambader dans ses vert pâturages et cesse ainsi de me faire tangage. C’est que je vais finir par passer pour un drôle de zoziau avec ces enfantillages au cap inconstant, « l’oiseau, l’oiseau » criait’ il, mais point de bergère à l’horizon…le seule Roi au loin c’est Gradlon fuyant à cheval, avec sa fille Dahut, les flots. Mais ils seront rattrapés, par la marée en furie… faut suivre, faut suivre, bon… Et c’est à l' endroit précis, où Dahut tomba et que la mer s'arreta, que je vais te... l’débarquer, le destrier. Retour à l’envoyeur d’une légende d’Armorique. Gast ! Finit la balade, cap sur l’étrave, et fissa. En plus c’est la fête à "neuneu" chez les Penn’ Sardinn’, habitant de Douar an Enez, «la terre de l'île». Tout plein de manèges avec des auto-tamponneuse et tout ça, tout ça, qu’il y a, en cette St Michel, dans la bourgade. Il pourras donc proposer des tours de calèche le roi du trot… et ainsi, sans dépareiller, pavaner dans la cité en narrant ses aventures maritime, pendant que moi, de retour au calme je pourrai enfin réfléchir à cette trajectoire d’allure unique dénomée « OneBord » comme diraient les rosebifs ! Bref... Je reviens… ! (une fois déposé l'équin...) Ah ! Pour info, c’est cela le carnaval des animaux : ( et à la fin ils volent les z’animaux…) HokaHey !
  5. ah, ah ! Je réponds ici pour "CCR", le reste sera dans le "sujet" dédié à la ZIC !... Autrement je vais me faire taper sur les décibels ! 😉 Les paroles parlent d'une personne qui embarque sur un bateau à vapeur qui navigue sur le Mississippi, le Proud Mary, afin de s'offrir un peu de liberté. John Fogerty voulait au départ raconter l'histoire d'une femme qui travaille comme bonne pour des gens riches. L'idée du bateau fluvial lui a été soufflée par Stu Cook, le bassiste de Creedence Clearwater Revival. Joel Selvin (auteur de plusieurs ouvrages sur le rock américain.) raconte que cette chanson a été conçue alors que John Fogerty était dans l'armée. C'est une des chansons les plus connues du groupe. L'Original : une des nombreuses reprise... Y'a même Cloclo, mais les paroles n'ont rien à voir avec l'original... Cap sur l'étrave !
  6. Hé, Hé ! : Smoke on the Water Le 3 décembre 1971, Deep Purple pose ses valises à Montreux, en Suisse. Le groupe souhaite utiliser le casino de la ville pour enregistrer son prochain disque à l'aide du studio mobile Rolling Stones, afin de capter l'ambiance d'un concert sans que cela en soit vraiment un. Ces projets sont réduits à néant dès le lendemain : lors du concert de Frank Zappa et des Mothers of Invention, le soir du 4, un incendie se déclare dans le casino après qu'un spectateur ait tiré dans le plafond avec un pistolet de détresse. Le complexe est entièrement détruit, laissant les Mothers sans matériel et Deep Purple sans studio d'enregistrement. Le périple du groupe s'achève au Grand Hôtel, où l'enregistrement de l'album Machine Head est bouclé en l'espace de deux semaines. Le premier titre est retravaillée et devient Smoke on the Water, une phrase venue au bassiste Roger Glover dans son sommeil. Les paroles de la chanson décrivent, les événements de la nuit du 4 décembre, les déboires du groupe et les sessions au Grand Hôtel. Le titre évoque la fumée de l'incendie au-dessus des eaux du lac Léman, tel que les membres du groupe en ont été témoins depuis leur hôtel. Le texte démarre ainsi : « Nous sommes tous arrivés à Montreux / sur les rives du lac de Genève / pour enregistrer un disque avec un [studio] mobile / nous n'avions pas beaucoup de temps. / Frank Zappa et les Mothers / occupaient le meilleur endroit possible / mais un imbécile avec un pistolet de détresse / a réduit l'endroit en cendres / Fumée sur l'eau, feu dans le ciel » Le dernier couplet de la chanson explique : « Nous avons fini au Grand Hotel, il était vide, froid et nu / mais en réalisant notre musique ici avec le machin du camion des Rolling Stones juste à l'extérieur / avec quelque lumières rouges et quelques vieux lits, on en a fait un endroit pour transpirer / peu importe ce qu'on allait en tirer, je sais, je sais, que nous n'oublierons jamais » « En fait, avec le temps qui passe, les éléments visuels — la fumée, le feu, la peur — restent présents, mais ce qui est le plus fort, c'est le souvenir du dernier jour d'enregistrement, au Grand Hotel. Martin Birch, notre manager, nous avait dit : "J'ai une mauvaise nouvelle : il nous manque sept minutes de matériel. Et il ne nous reste que 24 heures." Alors il a proposé qu'on écoute les prises qu'on avait faites le premier jour, pour le soundcheck. Et là-dedans, il y avait les bases de ce qui allait devenir Smoke on the Water. Roger Glover, le bassiste, a proposé qu'on écrive des paroles sur ce qu'on venait de vivre… Ce moment-là a été la conclusion de l'enregistrement le plus dramatique qui ait jamais eu lieu ! » Ian Gillan. Cap sur l'étrave ! Et grand merci aux classeurs
  7. Alors chez moi, c’est au réveil que la notion de nager dans le potage est la plus significative d’un état d’errance non lié à la mouche du coche qui tourne en de pénibles sifflement autour de mes esgourdes en recherche d’une oreille interne un tantinet décalée par tant de gîte d’un rafiot soumis au caprices conjugué d’un Eole et de son pote Neptune en liberté. Le point (de ponctuation) est ici nécessaire, afin de pouvoir prendre respiration pour la suite… Laquelle, de suite, se fera au prochain épisode. A plus
  8. "... the second leg is considered as another race..." !
  9. Justement... JAMAIS ! Nous avons sauvé, ce fier destrier, d’un destin raviolesque (vous vous rappelé de cette histoire de viande de cheval)… A la boucherie qu’il était destiné... Aujourd'hui, c'est le roi de la Pampa Douarneniste... HokaHey !
  10. Et l'on se tord d'angoisse face à un vent retors qui peut rester d'un Nord machiavélique pour notre retour au port il faut penser à faire la retraite La course de nos jours est plus qu'à demi faite Il est temps de jouir des délices du port.
  11. Hé, Hé !! J'ai ramassé (plié en deux dans les champs) des patates par sac de 20 kg, les chevaux raffolent de la betterave, quant à la sciure de bois j'en fabrique, tous les jours ou presque... ! alors... Cap sur l'étrave !
  12. Aprés vous ! Foutu Canasson ! je lui confie la barre de notre embarcation en lui expliquant bien qu’il doit toujours recevoir le vent par le flanc gauche... Ben oui, faut bien lui parler langage équin et nom marin, le bâbord pour lui est une vue de l’esprit. Bref, je lui confie donc la barre et sur ce, vais me reposer d’un sommeil réparateur… Bercé par un roulis des plus envoutant me voilà confiant et part de ce pas faire causeries avec Morphée. Quand soudain, au milieu de mes rêveries, surpris par le mouvement d’un tangage non répertorié parmi ceux normalement prévue, je bondi dans le cockpit et observe une côte, non pas celle du Caïd, il en possède plusieurs… non, une Terre !... sur bâbord...! Là...! alors que nous devrions être au milieu de nulle part repoussé par un vent contraire… Qu’est-ce donc… ?! Ou suis-je, un rivage sur bâbord… !?! et mon Caïd, tout sourire de ses grande dents, de me hennir : « L’herbe est plus verte par ici »… Le drôle, l’irresponsable…qu'est-ce que c'est que ça ! Mais enfin, ce n’est point là notre destination, lui dis-je un tantinet exaspéré. Du côté gauche que le vent de doit venir… du côté gauche Tudju ! INTERDICTION de virer de bord, de tourner, de faire passer le vent de l’aut’ coté… Gast ! l’affaire est pourtant simple ! Comme sur un hippodrome toujours dans le même sens… « Ben… Cap’tain ! » comme sur un champ de course, me répondit ‘il, « le terre-plein centrale toujours à gauche, votre bâbord à vous ». Rââaah ! c’est qu’il n’a pas tord le destrier, la confusion était présumable, domaine du vraisemblable… Et maintenant… que faire ? La plèbe va nous railler. Moqueries, persiflages et autres Huées vont siffler le long de nos esgourdes… et à raison ! Confier la barre à un canasson… si brillant soit-il C’est que c'est un Trotteur, pas un coureur de vaste étendues marine. En rond qu’il a l’habitude de Concourir et pourtant c’est bien ce que nous propose Eole, un tourniquet à moulinette façon circulation Eolienne sans fin, mais autour de rien, si ce n’est de nous-même. Bon...alors... cap sur le point de non-retour de cette erreur fatale à l’insu de mon plein éveil… Je plaide donc la bienveillance du comité… Car, Officiellement je suis victime d’une escapade dû au frasque d’une monture sans selle. Vache, le rosse… ! Je reprends les rênes de mon Canot’ ! HokaHey !
  13. Rien ne sert de partir à point... Mieux vaut courrir... J'ai le tempo qui dance... qui dance... Watch Out !
  14. Les Brunes ne comptent pas pour des Prunes ! Et voilà sous cette air, ritournelle, balade musicale bien connu se cache un message d’avertissement concernant notre avitaillement ! En effet ce fruit exquis, la Prune, fut rapporté par les croisés, qui arrêtés devant Damas, défaits, doivent rebrousser chemin, et rentrent alors avec des plants de pruniers. Ils y sont donc allés pour« pour des Prunes » ! d’où l’expression. Mais, mais, mais, bien avant ; les écrits Romain, (du temps d’Astérix) donnent la Syrie comme l'aire d'origine des prunéoliers (prunes de Damas), des mirabelles et des reine-claude. Pline l'Ancien, encyclopédiste romain très connu, (si, si, au 1er siècle), écrit dans son Histoire Naturelle en parlant des arbres étrangers : «… nous avons parlé des prunes de damas, ainsi nommées de Damas de Syrie : cette prune vient depuis longtemps en Italie; cependant le noyau y est plus gros et la chair plus petite; elles ne s'y sèchent pas non plus au point de se rider, attendu qu'elles n'ont pas le soleil de leur patrie » Bref (vous savez qui associer…), je comprends mieux l’avitaillement du Sieur Epyc, la prudence semble de mise. Il a donc choisi une fleur pour apaiser l’effet du fruit. Stratégie naturelle version XXL. Et pourtant les prunes sont une excellente source d’antioxydants, de vitamine A, de potassium, de fer, de fibres diététiques. Elles apportent des bactéries bénéfiques pour les intestins, lesquelles stimulent leur motilité (Faculté de se mouvoir que possède un corps ou une partie du corps), améliorant ainsi la digestion Ah ! ouais… la motilité c’est : l’aptitude à effectuer des mouvements spontanés ou réactionnels, constituant l'un des caractères du vivant à toutes les échelles d'observation. Ouais parc’que les mots savants… il suffit... Bon, pour être bref et sans pépin, surveillez donc la bectance en chargement dans la cambuse, il ne faudrait pas que se glisse dans cette nourriture des nutriments qui vienne à perturber notre giration par des envie dépurative hâtive d’une commodité relative. Sur ce je termine ma restauration d'étrave, il est temps… Cap sur l’étrave ! Ben justement…
  15. Oyez ! Oyez ! Me voilà, enfin revenu en perfide Albion. Il me faut maintenant réparer cette étrave endolorie par une rencontre fortuite avec Terre Mère, la coque face au Roc… Hé bien ! le Rock n’est point 'N’Roll comme ils disent les longs cheveux au vent de décibels enjouées. Bref, notre copain, vous savez : Pépin, bon passons, je disais donc : me voilà rendu… ! Alors, petit ménage, avitaillement, embarquement de la ménagerie, ah oui ! il me faut vous dire que c’est décidé j’embarque un moyen de locomotion Terrien pour palier toutes déficience de mon programmateur de cap. Ainsi si celui-ci m’envoie à nouveau à la pêche aux bigorneaux, je pourrai me servir de se fière destrier ferré, façon chemins de halage, afin de me sortir du mauvais pas imposé par Dame fortune, et me retrouver, à nouveau, sur les rails d’un aventure à l’allure unique. J’entends par allure, le coté d’où nous viendra le vent, mais qui peut également caractériser notre façon de naviguer voire d’échouer dans les moments de gloire, le tout étant de conserver le lustre dû à notre rayonnement. De faire en sorte qu’il ne soit pas seulement un éclat terne dans ce faisceau éblouissants de fortune de mer impromptue. Moment imprévu de l’aléatoire subit. Bon, cela suffit, autrement Guigui d’Iggy Pop vas me rappeler à l'ordre d'une grammaire bien plus simple… Hé ! hé ! une grammaire à deux temps comme le ROCK’N’ROLL ! Voilà ! Efficace, sans fioritures ! Gast ! à l’essentiel ! Attention à la lueur dans l’obscurité… c'est surement un phare sur un bout de Terre... émergée ... Caïd, le déséchoueur Cap sur l'étrave et bonne allure !
  16. "Ma mémoire remplira tous les jours de ma vie de la grandeur de votre débonnaireté, si doucement exercée en mon endroit." (ST FRANÇOIS DE SALES, Introduction à la vie dévote) Va pour le Samedi soir avec le vent hurlant dans les haubans... ouais
  17. Salut les dingues et paumés ! Point de panique c’est Hubert Félix Thiéfaine qui me l’a soufflé dans les esgourdes, entre le bonheur de la tentation et la tentation du bonheur ! Un bonheur pour nos esgourdes cela dit en passant le microsillon, sur ces vinyles ! Mais, je dois vous l’avouer ; quelques hésitations se sont présentées à ma réflexion, quant à la perception d’une telle interjection ! Bref ! comme Pépin aimait à le dire, passons ces quelques mondanités pour revenir dans le vif… C’est que le pépère Eole et son souffle établis à l’inverse de notre plein grés, pour un bon contournement tout en détente de ce grand cailloux… Nous poses, soucis quant à la clarté dans nos choix déviés de leurs simplicité… Que choisir, aurait surement étudier, après une enquête minutieuse auprès des fournisseur de vent, la possibilité d’une bonne VMG pour ne pas VGT contre vent et marée… Ce qui soit dit en passant ne fait marrer personne, sauf le prétendant émule du cap constant au vent, adversaire redoutable face à l’exploit d’une performance jamais égalée, bref une véritable gageure… Donc à l’heure présente je sollicite de la part de votre seigneurie un report du, de ce record à corps non homologué, afin de permettre à mon fière canot d’arriver à temps, et pouvoir repartir en votre compagnie d’amateur fantasque insoucieux du sens du vent. Remarquez, seule les poissons mort vont avec le courant… C’est donc, non pas en courant, tant il est contraire, mais en me dépêchant que je termine le tour de la perfide Albion, afin de pouvoir repartir sereinement en me préparant au futures ablutions du corps qui devra à ne pas en douter boire le calice, vous savez, cette cavité excrétrice du rein, celui draine le liquide sécrétée par les papilles. Cela sera donc, jusqu’à la ligne d’arrivée, fantaisie, utopie, réuni en une fabulation digne d’une fadaise bouffonesque. Ah pardons ! Pour les non-initiés, VGT et une abréviation, on s’en serait soupçonné ! qui signifie : « Very Good Trip » je sais ! c’est la langue de la perfide Albion, mais de nos jour si tu veux être dans le vent, il te faut causer la langue de Chèche pire (Shakespeare pour les intimes) … car le Chèche protège du vent et de ses grains de sables dans les rouages! Une phonétique tonique. Bref, toujours pas Pépin, et pour être un tantinet sérieux, il est temps... J’arrive; d’après la ligne de projection, sur la ligne d’arrivée dans… si les prévisions ont une bonne vision de l’avenir, ben ça dépend de la météo, si celle-ci est bien à jour…Mouais ! Je vous saurai donc gré, de bien vouloir ajournée le départ de cette pérégrination inédite, afin que je puisse bénéficier de cette journée supplémentaire nécessaire pour la finition de ce tour d’île, qui lui, a fait fit du bord sens unique. Bâbord, Tribord furent mes hésitations constantes jusqu’à l’échouement fatale à un record pourtant à ma pogne à ce moment précis, funeste fortune de mer sur un cailloux non projeté sur la ligne du même nom... C’est donc l’étrave endolorie que j’arrive pour mieux repartir ou le vent nous portera pas… Mais par ou que c’est l’arrivée ! j'arrive, point d'impatience (virtuellement la projection n'informe de la possibilité d'arriver dans... ben... un peu plus de... 16h ou pas loin... la ligne d'arrivée étant dans cette partie "lisse" de toutes informations, vous savez cette partie non graduée, et pourtant si essentiel) Bref me voilà bien avancé... J'arrive ! Cap sur l'étrave... HokaHey !
  18. Une " Hérésie"... ! dites-vous, Gast ! Allons voir : Manière d'agir jugée aberrante, contraire au bon sens et aux usages Mais également et selon la théologie catholique, c'est une conception erronée en matière de foi d'un élément essentiel du dépôt révélé, ou refus volontaire d'admettre comme telle une vérité définie par le magistère. Autrement dit, dans une religion constituée ; Doctrine qui s'oppose au dogme, à l'orthodoxie (caractère de ce qui est conforme à la doctrine d'une religion, d'un parti politique, d'une théorie scientifique, etc...) - Boire de l'orangeade avec un poulet rôti, c'est une hérésie ! Bref, y'a un schisme... orthographique Au Purgatoire !
  19. Impossible de transferer des images... : "www..casimages.com/img/2021/09/02/1 : Impossible de transferer !!!" Gast ! Ben pourquoi... Bref... je voulais juste montrer que j'ai bien eu 1200 jetons de PDD pour équiper mon fier canot' qui sont venus s'ajouter à mon "bas de laine"... je me suis inscrit il y a quelques jours...
  20. Une Panthère, un Aigle... j' m'en vais lâcher un Puma dans cette ménagerie... 'n'ont qu'à filer droit sur leur étrave... Gast ! Du reuz qu'y va y avoir ! Tudju !!! HokaHey !
  21. Oyez ! Oyez ! Gentes Dames et beau Damoiseau ! Paré pour la Noce… ! Et voilà, une de faite, ça s'fête...! Scalp (sur la photo), le comcepteur, réalisateur... Reste sa sœur à assembler et le tour est joué... Bon, ensuite, faudra aller les poser à leur place définitive du côté de la bicoque, quand même...! Une autre aventure pour sûr ! Figaro si , Figaro la… HokaHey !
  22. Oyez ! Oyez ! Gentes Dames et beau Damoiseau ! Paré pour la Noce… ! A y est ! La première ferme assemblée... Jusqu’ici tout va bien… C'est là que sa va ... ! Aujourd'hui place à la deuxième... (ferme !) puis le faitage et autres drôleries... Ben mon vieux ! Figaro si , Figaro la… HokaHey !
×
×
  • Create New...