Jump to content
Virtual Regatta Club House

Transat Concarneau/St-Barth mai 2021


Recommended Posts

La Transat Concarneau/St-Barth  démarrera le dimanche 9 mai à 15h30 (sauf erreur de ma part) et sera la 8ème course du challenge PDD 2021.

On quitte la mer Baltique et on retrouve l'Atlantique. A nous les grands surfs au portant quand on aura récupéré les alizés, bien sur. On vous attend nombreux et comme d'habitude, soyez sympa pour vous conformer à notre règlement à à notre procédure d'inscription.

Rappel des règles d'équipement : on s'équipe uniquement avec ce que nous donne VR avant le départ sans utiliser la cagnotte accumulée sur les courses précédentes.

Cet équipement est libre vous avez le choix entre :  Light (voiles petit temps) ou C0 (voile reaching) ou Strong+Po (voiles de brise + Polish) ou WP+P (Winchs pro + Polish). Vous pouvez également naviguer en SO (sans option), ça ne vous exempte pas de l'indiquer dans le tableau d'inscription.    Les foils ne sont pas autorisés étant plus chers que la prime attribuée (1600).

Vous êtes libre de prendre en plus une belle peinture et l'alerte radio.

L'inscription se fait sur le doc Challenge PDD 2021 onglet inscriptions >>>>   Inscription à la course  

Pensez à bien orthographier votre nom de bateau et à indiquer votre équipement et votre statut VIP (oui/non). 

Rappel du règlement : tant que votre équipement et VIP (OUI/NON) ne seront pas indiqués, vous serez classé en dernière position des classements intermédiaires. Si, lorsque le premier bateau PDD est arrivé, vous n'avez toujours pas indiqué votre équipement, vous serez déclaré DNF.

Si vous avez du mal à éditer le document, donnez ici votre nom de bateau, équipement et statut VIP et je m'occuperai du reste. Mais si vous pouvez éviter, je m'en porterai mieux....

Le délai d'inscription est toujours de 24 heures après le départ.

 

Le Comité d'Organisation vous souhaite bons vents et bonne course.

Edited by Wrenic Abers29
  • Thanks 7
  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 15 heures, Wrenic Abers29 a dit :

.../...  et à indiquer votre équipement  .../...

Le Comité d'Organisation vous souhaite bons vents et bonne course.

C'est un véritable inventaire à la Prévert,

les équipements... 

Ce n'est plus là le club des PDD mais un Véritable Capharnaüm d'appareillage, 

Un attirail de barda... :

une Laisse neuve (?), une Boule de cristal, une Épuisette, un pare-battage, un "coucou me revoilou", un trèfle à 4 feuilles, des cacahuètes et autres "peinture neuve" couplée à une "alarme sondeur"...

une véritable Rubrique-à-brac

21050104110088890.jpg

Cap sur l'étrave !

🙃

 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
  • Thanks 1
  • Haha 5
  • Like 3
Link to comment
Share on other sites

Ce n'est pas : "En attendant Godo"...

mais "en attendant Eole"...

Qu'il passe donc en coup de vent fissa, afin que nous puissions "vagabonder" le golfe de Gascogne....!

En attendant :

images animées et site officiel pour d'étendre nos ligaments zygomatiques tendus à un vent capable de décorner les bœufs !


www.www.transatendouble.bzh

Ça  décoiffe d'énergies...

Link to comment
Share on other sites

En attendant Eole...

 

Le « girl power » à l’assaut de l’Atlantique

04 mai 2021

210503TED_2574_0.jpg?itok=qKw8mWNR

Elles sont trois femmes à tenter l’aventure cette année : Elodie Bonafous, Violette Dorange et Estelle Greck. Les trois navigatrices, pleines d’enthousiasme et de détermination, s’apprêtent à s’élancer dans l’aventure avec l’envie de bien faire et non sans ambition. Et si une femme inscrivait de nouveau son nom au palmarès de la Transat en Double ? 

C’était en 2000, dix ans après la victoire de Florence Arthaud à la Route du Rhum. Karine Fauconnier, associée à Lionel Lemonchois, remportait la Transat en Double dans une course particulièrement disputée, devant les duos Gildas Morvan-Bertrand de Broc et Jérémie Beyou-Pascal Bidegorry. Vingt-et-un ans plus tard, aucune femme n’a réussi à imiter Karine Fauconnier. Et si c’était pour maintenant ? Elles sont trois à figurer parmi les concurrents : Elodie Bonafous, associée à Corentin Horeau (Bretagne-CMB Océane), Violette Dorange qui part avec Alan Roberts (Devenir) et Estelle Greck qui fait équipe avec Laurent Givry (RLC Sailing). 

Elodie Bonafous, une première en fanfare 

Chez Bretagne - CMB Océane, on sait que le duo est régulièrement cité pour s’offrir une belle place d’honneur. Elodie Bonafous s’en amuse : « on ne se considère pas comme favoris mais comme outsiders. On va tout faire pour bien figurer sans se donner de pression de résultat. »Si elle tient à faire cette précision, c’est que la Transat aura pour la navigatrice de 25 ans valeur de découverte : « je n’ai jamais fait plus de cinq jours en mer. Là, ce sera 20 jours. C’est une nouvelle découverte, un autre défi et une belle expérience. Il y a forcément un peu d’appréhension lié à l’inconnu mais je vais essayer de trouver le bon rythme à bord ».

Afin de s’y préparer au mieux, Elodie s’est entourée de « personnes-ressources » qui ont l’expérience et les automatismes de ce type de courses en double. Et puis il y a son co-skipper de cinq ans son aîné, Corentin Horeau. Le marin de la Trinité-sur-Mer dispose d’une solide expérience : 2ede la Solitaire du Figaro (2014), vainqueur de la Solo Concarneau (2015) et du Tour de France à la voile (2018). « Je suis très content de faire équipe avec Élodie,explique-t-il. J’aime beaucoup son approche, elle est posée et barre extrêmement bien ».Et ensemble, ça marche : le duo a terminé récemment deuxième de la Sardinha Cup.

Violette Dorange, un apprentissage à grande vitesse 

Des compliments, il y en a aussi chez Alan Roberts lorsqu’il décrit Violette Dorange avec qui il fait équipe à bord de Devenir. « Violette est très forte, elle a déjà traversé l’Atlantique en Mini et a fait la Solitaire du Figaro l’an passé. Elle navigue très bien, ses idées sont intéressantes et nous avons bien progressé depuis le début de nos entraînements. »Violette, elle, fait preuve de confiance et de quiétude avant le départ : « lorsque j’ai fait la Mini-Transat, j’avais la pression alors que là, on se prépare sereinement. » 

À l’écouter, on oublierait presque qu’elle n’a que 20 ans. Or, son histoire est celui d’un talent précoce et d’exploits en pagaille : à 15 ans, elle traverse la Manche en Optimist, puis le détroit de Gibraltar l’année suivante avant une Mini-Transat, l’arrivée sur le circuit Figaro et l’envie permanente de progresser. « J’apprends encore beaucoup de choses sur le bateau, sur la tactique »,explique-t-elle. Violette, qui soutient avec conviction la Fondation des Apprentis d’Auteuil, a décidé de s’associer avec Alan Roberts. « Il est génial, communique beaucoup, est respectueux et toujours à l’écoute. Nous sommes très complémentaires. » 

Estelle Greck, la grande aventure 

L’enthousiasme est également de mise chez Estelle Greck. À bord de RCL Sailing, celle qui est tout juste trentenaire va disputer également sa première transatlantique : « la Transat, c’est hyper formateur et on se frotte à un très haut niveau. »Ses aventures marines l’ont menée dans le circuit Mini avant une succession de courses en Class40. Et avec Laurent Givry, elle décide récemment de lancer un projet en Figaro.

« On a eu la chance de faire les deux premières courses de la saison et j’ai pris confiance, je me sens plus à l’aise »,explique-t-elle. Estelle ne néglige aucun détail. Elle qui apprécie préparer son bateau et peaufiner le moindre détail a d’ailleurs installé une casquette pour se protéger de l’humidité.  « Nous sommes des compétiteurs donc on fera tout pour donner le meilleur, confie-t-elle.Mais on veut aussi et surtout aller au bout, que ça se passe bien à bord et qu’on arrive à avoir les bonnes trajectoires. »         

Une vague de fraicheur 

Si les trois concurrentes se connaissent peu, elles partagent la volonté de développer la mixité dans la course au large. « Certes, c’est physique et parfois dur mais les femmes ont toute leur place sur le circuit », souligne Violette. « En course au large, on sait que tout le monde peut avoir la capacité et les compétences pour faire une belle course, poursuit Estelle. Ce n’est pas la force physique qui prime et chacun peut performer. » Et elle conclut : « il y a plus de femmes en Mini, en Class40 et en Figaro. C’est une évolution qui est plus que positive ». Pourvu que ça dure !

 

 

Les anciens vainqueurs racontent

01 mai 2021

180511que-1373.jpg?itok=BdY4QnJ-

Un coup d’œil au palmarès de la Transat en double Concarneau-Saint Barthélémy suffit à comprendre à quel point cette course est autant prisée que prestigieuse. De Michel Desjoyeaux et Jacques Caraës en 1992 à Adrien Hardy et Thomas Ruyant il y a trois ans, nombreux sont les marins à y avoir brillé avant de multiplier les succès ensuite. 

À qui le tour ? Dimanche prochain, ils seront dix-huit duos à s’élancer depuis Concarneau en rêvant d’inscrire leur nom au palmarès de la Transat en double. L’équipage qui y parviendra une vingtaine de jours plus tard en franchissant la ligne d’arrivée en tête, à Gustavia, s’inscrira dans le club très fermé – et très prestigieux - des anciens vainqueurs. En quatorze éditions, 27 skippers différents se sont imposés et un seul a réussi à s’y imposer à deux reprises (Armel Le Cléac’h). Revenir sur leurs souvenirs est une façon de comprendre à quel point l’abnégation, le dépassement de soi et le souci du détail sont des clés pour tous ceux qui aspirent à les imiter. 

 

Michel Desjoyeaux : « tous sur le même pied d’égalité » 

Premier vainqueur avec Jacques Caraës en 1992 en 24 jours, 8 heures, 40 minutes 

« Il fallait bien un vainqueur !1 » s’amuse Michel Desjoyeaux quand il évoque la première édition de la Transat en double. Celui qui deviendra bien plus tard double vainqueur du Vendée Globe évoque ses souvenirs : « nous étions tous sur le même pied d’égalité. C’était la première fois que les Figaro Bénéteau 1 faisaient un parcours aussi long. Certes, on avait éprouvé les bateaux. Il n’y avait donc pas beaucoup d’inconnus mais il y avait beaucoup d’incertitudes ». ‘Mich Desj' fait référence aux nombreuses avaries de mâts lors des deux saisons précédentes sur ce bateau lancé en 1990. « Nous ne savions pas très bien si nous arriverions à traverser sans souci les alizés et si nous pourrions nous permettre de pousser les bateaux à fond jusqu’au bout ». Pourtant, ce sera le cas, au prix d’un sacré effort avec Jacques Caraës. « L’accueil à Saint-Barth avait été extraordinaire, souligne ce dernier. Il y avait un monde de fou ! » 

 

Armel Le Cléac’h : « l’un de mes meilleurs souvenirs de mer »

Vainqueur avec Nicolas Troussel en 2004 (20 jours, 8 heures, 49 minutes) et en 2012 avec Fabien Delahaye en 2010 (en 22 jours, 16 heures, 59 minutes)

Seul double vainqueur, en 2004 et en 2010

Il est le seul à s’être imposé à deux reprises. « Avant d’y participer, cela me paraissait être un challenge énorme mais passionnant », a confié Armel Le Cléac’h2. Pourtant, lors de sa première participation en 2002, avec Nicolas Troussel, une avarie dans le golfe de Gascogne les oblige à faire demi-tour. Deux ans plus tard, le duo est de retour et il est revanchard, d’autant qu’ils ont tardé à trouver un sponsor. « Ces petites frustrations ont alimenté notre motivation », confie Armel. Ils résistent à la pression du duo Pascal Bidegorry-Sidney Gavignet et s’imposent le jour de leurs anniversaires, le 11 mai. « On les croyait plus proches alors on n’a rien lâché. Notre histoire en commun et nos heures d’entraînement ensemble ont porté leur fruit. C’est l’un de mes meilleurs souvenirs de mer ». Six ans plus tard, Armel est de retour avec Fabien Delahaye. « Notre duo a surpris mais nous étions très complémentaires. Sur la Transat, la victoire se joue sur des détails et la symbiose entre le duo est primordiale. Et puis, il faut avoir envie d’aller la chercher, de puiser en soi des ressources nécessaires pour amener ce petit plus qui pourrait faire la différence. »  

 

Fabien Delahaye : « nous étions à fond tout le temps »

Vainqueur en 2010 (en 22 jours, 16 heures, 59 minutes)

Seul ex-vainqueur (en 2010) sur la ligne de départ cette année

Il repart pour un tour et n’est plus vraiment le bizuth qu’il était il y a 11 ans. Pourtant, c’est bien lors de sa première participation, en 2010, que Fabien Delahaye a remporté la Transat en double. Le skipper aime répéter qu’il n’a « que des bons souvenirs sur cette course ». Et forcément, « il reste plein de moments forts et intenses dans ma mémoire ». Comme lors de cette grande première, au côté d’Armel Le Cléac’h. « Partir avec un marin qui a autant d’expérience, c’était une chance énorme et ça a été un bon catalyseur pour apprendre vite. J’avais tout à apprendre et ça a bien fonctionné à bord, on s’est bien compris ». L’une des clés de leur réussite ? Le fait de ne jamais rien lâcher. « On a dû utiliser le pilote automatique qu’une heure en 22 jours de course ! Nous étions à fond tout le temps ». Fabien souligne aussi « l’entière confiance » entre eux deux, Armel était davantage focalisé sur les trajectoires et la météo quand lui s’attachait davantage à « ce que le bateau soit toujours optimisé pour aller vite ». L’actuel skipper de Groupe Gilbert, associé cette année à Anthony Marchand, détaille les clés de la victoire : « il faut une bonne préparation, savoir prendre les bonnes décisions et avoir beaucoup de réussite, car ça se joue souvent dans un mouchoir de poche ». 

 

Charlie Dalin : « j’ai appris qu’il ne fallait rien lâcher »

Vainqueur en 2012 avec Gildas Morvan en 22 jours, 8 heures et 55 minutes 

C’était il y a neuf ans et Charlie Dalin n’était encore qu’un espoir. Mais le bizuth impressionnait déjà : alors qu’il dispute sa première transatlantique en double, il s’impose brillamment avec Gildas Morvan. Au côté d’un skipper qui participait à sa 8e transat, Charlie Dalin a appris, beaucoup appris. C’est ce qu’il confiait après l’arrivée au Télégramme3 : « j’avais tendance à trop regarder nos adversaires. Gildas m’a permis de sortir la tête de ça, des classements, des écarts. Il fallait avoir confiance dans nos choix ». Son co-skipper saluait à l’époque un marin « rigoureux et pertinent ». En matière de choix météo, Charlie « avait toujours des réponses à apporter, c’était parfait. » Charlie Dalin, lui, voyait déjà plus loin : « j’espère que cette victoire va m’ouvrir des portes pour la suite de ma carrière ».  

 

Thomas Ruyant et Adrien Hardy : « on avait les crocs » 

Les tenants du titre (en 2018) en 18 jours, 11 heures, 48 minutes 

Avant de se congratuler et de sabrer le champagne sur le ponton de Gustavia, ils avaient passé de longues minutes à boire de l’eau. S’hydrater avant d’exulter et pour cause : le sprint avait été serré jusqu’au bout. Thomas Ruyant et Adrien Hardy avaient devancé d’une heure et neuf minutes leurs rivaux, la paire Sébastien Simon-Morgan Lagravière. « Jusqu’au bout, il y a des paramètres à gérer, confiait Thomas Ruyant4. Mais on avait vraiment envie de gagner. On avait les crocs pour aller chercher cette victoire, ne rien lâcher, faire les coups qu’il fallait ». Adrien Hardy ajoute : « nous avons été hyper-exigeants l’un vis-à-vis de l’autre. Quand tu gagnes, ça se passe toujours bien mais c’est une souffrance, tu as mal aux fesses, au dos, tu te relaies sans cesse… »  « On a dû mettre le pilote deux heures en tout sur cette transat », aime rappeler Thomas Ruyant. Un sens de l’abnégation et de l’engagement qui a fini par payer. Trois ans plus tard, qui leur succéderont ? 

 

1Extrait d’une interview au Point, le 05/04/2014

2Extrait de « Voile, les courses de légende » aux éditions Amphora, publié en 2021 

3Extrait d’une interview publiée dans Le Télégramme, le 14/05/2012

4Extrait d’une interview publiée dans Ouest France, le 11/05/2018

  • Like 2
Link to comment
Share on other sites

En attendant Eole...

 

Le départ de la Transat en Double sera donné mercredi à 17h

10 mai 2021

210509ted_1416.jpg?itok=NiC71IrB

Initialement prévu le dimanche 9 mai à 15h30, le départ de la Transat en Double – Concarneau – Saint-Barthélemy avait été reporté en raison des conditions météo très difficiles annoncées durant les premiers jours de course. Face à l’évolution favorable de la situation dans le golfe de Gascogne et au cap Finisterre, la direction de course a tranché : le départ sera donné à Concarneau mercredi 12 mai à 17h. . 

Les dix-huit duos de la 15e édition de la Transat en Double – Concarneau – Saint-Barthélemy sont désormais fixés. Depuis hier soir, les marins savaient que le départ ne serait pas donné lundi ou mardi. Ce matin, ils ont appris la date et l’heure du coup d’envoi de cette course d’une longueur de 3 890 milles. En collaboration avec Météo Consult, la direction de course de l’épreuve a déterminé le moment le plus opportun pour lancer la flotte : ce sera mercredi à 17h. Il reste donc un peu moins de deux jours à patienter pour les navigateurs qui ont désormais un calendrier précis en tête. Ils peuvent se projeter, travailler aux derniers préparatifs et analyser en détail la situation météo pour l’entame de cette transatlantique qui les mènera jusqu’à Saint-Barthélemy. 

Explications de Francis Le Goff, directeur de course de la Transat en Double – Concarneau – Saint-Barthélemy : 

« Il va y avoir un peu de vent pour le départ mais après les conditions s’améliorent. Le départ sera tonique. Mercredi matin, il reste d’ailleurs beaucoup de vent, 30-35 nœuds de sud ouest, c’est pour cela que nous faisons partir la flotte qu’à 17 heures.
Après le passage de front, les bateaux évolueront dans du vent d’ouest-nord ouest aux alentours de 25 nœuds moyen. Les premières heures de course seront engagées, il va falloir que les marins s’échauffent bien au ponton car il va falloir wincher ! Il y a eu plusieurs coups de vent successifs donc il reste encore de la mer avec des creux de trois mètres. Mais les conditions sont maniables et offrent un bon créneau pour passer le cap Finisterre. C’est cela  qui nous avait posé problème pour un départ dimanche. Mais aujourd’hui, compte tenu des derniers fichiers, il n’y a plus de raison de maintenir la flotte au port. Ce ne sera pas tout à fait la croisière au soleil pour les premiers jours de course mais la bagarre sera belle. »

 

www.www.transatendouble.bzh

  • Thanks 2
Link to comment
Share on other sites

Bonjour cher GO,

Desolemais je n'arrive plus a accéder au fichier d'inscription... pb technologique qui me dépasse ! 

Du coup merci de prendre en compte mon émargement Colibri_IV en ligth non VIP

Bisou calin

Link to comment
Share on other sites

Question d'un néo-PDD: pourquoi est-ce que pour certaines courses il faut s'inscrire au Ctre Nautique de Lastioulles et pour d'autres dans la fourmillante ville d'Ambert? Merci!

Link to comment
Share on other sites

il y a 18 minutes, Apus melba a dit :

Question d'un néo-PDD: pourquoi est-ce que pour certaines courses il faut s'inscrire au Ctre Nautique de Lastioulles et pour d'autres dans la fourmillante ville d'Ambert? Merci!

Quand il y a 2 courses en même temps comme la, transat et méd, cela permet aux classeurs de faire leurs classements respectifs.

Link to comment
Share on other sites

Hello

@Colibri_lV Tu es inscrit

@Apus melba @kdesc39 Cela sert surtout à avoir un classement en temps réel dans le jeu... Ici, nous avons deux courses en même temps, donc deux lieux de classement. Mais ce classement est rarement juste à cause de ceux qui sont inscrits à Lastioulles/Ambert mais qui ne sont pas PDD ou à cause de ceux qui ne veulent/peuvent/savent pas s'inscrire à Lastioulles/Ambert.

Si tous les joueurs prenaient la peine d'entrer et de sortir de Lastioulles/Ambert suivant qu'ils soient PDD ou pas, nous n'aurions pas besoin de faire un classement puisque  le classement interne du jeu serait juste...  mais ça, ce serait dans un monde idéal et nous n'y sommes pas 😄

  • Sad 2
  • Haha 1
  • Like 3
Link to comment
Share on other sites

Posted (edited)

En attendant Eole...

C’est un départ tonique qui s’annonce mercredi en fin d’après-midi en baie de Port-la-Forêt avec un vent de nord-ouest de l’ordre de 20 nœuds et des rafales de 30 à 35 nœuds. La mer sera agitée et désordonnée avec des vagues de 1,5 m à 2 m. Après le passage d’une perturbation accompagnée de pluie jusqu’en milieu d’après-midi, on devrait retrouver un temps sec pour le départ mais sous un ciel encore nuageux avant l’arrivée des éclaircies par l’ouest.

Dans la soirée et première partie de nuit de mercredi à jeudi, dans le sillage de la dépression, les marins progresseront à bonne allure sur la partie nord du golfe de Gascogne sous un vent d’ouest de l’ordre de 25 nœuds de moyenne. Ils navigueront au près avec un cap au sud-sud-ouest et leur avancée sera un peu contrariée par une houle d’ouest de l’ordre de 3 mètres. Le temps sera instable avec le passage de grains accompagnés de rafales qui pourront atteindre 35 à 40 nœuds. Un début de course dans des conditions très sportives. En seconde partie de nuit, le vent d’ouest baissera d’intensité pour se situer entre 17 et 20 nœuds. L’instabilité diminuera et les averses s’espaceront.

Bulletin météo 

10 mai 2021

210509ted_1464.jpg?itok=6DsnVD_M

Situation Générale : 

Lundi, régime de sud-ouest instable sous l’influence d’un vaste système dépressionnaire centré par 983hPa dans l’ouest de l’Irlande.
Mardi, flux d’ouest-sud-ouest fort et instable sous l’influence d’une dépression centrée par 999hPa sur la Cornouaille anglaise.
Mercredi, régime de sud perturbé à l’avant d’une dépression centrée par 1006 hPa en mer d’Iroise.
Jeudi, flux d’ouest modéré sous l’influence d’une dépression centrée par 1001 hPa sur le sud de l’Angleterre.

Conditions météo à Concarneau :

Mardi 11 mai

Temps perturbé et agité. Les nuages dominent et s’accompagnent par moments de pluie ou d’averses. Le vent souffle fort à la mi-journée.
Vent de sud-ouest puis ouest-sud-ouest 30 à 40 km/h, rafales à 70 km/h (20 à 25 nœuds, rafales 40 nœuds)
Températures : 8° à 15°C
Risque de précipitations : 90%

Mercredi 12 mai

Ciel chargé avec de la pluie en matinée. Amélioration dans l’après-midi avec le retour d’éclaircies en alternance avec des passages nuageux pouvant s’accompagner d’averses.
Vent de sud 20 à 35 km/h, rafales 70 km/h (15 à 25 nœuds, rafales 40 nœuds), virant nord-ouest en cours d’après-midi.
Températures : 9° à 15°C
Risque de précipitations : 90%

Conditions météo pour le départ de la Transat mercredi à 17h :

C’est un départ tonique qui s’annonce mercredi en fin d’après-midi en baie de Port-la-Forêt avec un vent d’ouest-nord-ouest de l’ordre de 20 nœuds et des rafales de 30 à 35 nœuds. La mer sera agitée avec une houle de sud-ouest de 1,5m à 2m. Après le passage d’une perturbation accompagnée de pluie en début d’après-midi, le ciel devrait se dégager en cette fin d’après-midi avec l’arrivée de belles éclaircies en baie de Concarneau. 

Dans la soirée et la nuit de mercredi à jeudi, les marins progresseront rapidement sur la partie nord du golfe de Gascogne sous l’effet du vent d’ouest-nord-ouest d’une vingtaine de nœuds. Ils navigueront au travers avec un cap au sud-sud-ouest et leur avancée sera un peu ralentie par les vagues de 2,5m à 3m qui viendront de l’ouest. Le temps sera instable avec quelques grains passagers et des rafales qui pourront atteindre une trentaine de nœuds.

Jeudi 13 mai

En matinée de jeudi, les vitesses de progression ralentiront nettement sous l’influence d’une zone de vent faible dans la partie nord d’une nouvelle dépression circulant très au sud du golfe de Gascogne. Il faudra attendre son décalage vers l’est en début d’après-midi pour retrouver un régime de nord à nord-ouest qui rentrera dans les voiles en s’intensifiant assez vite. En fin d’après-midi, les skippers retrouveront une allure rapide au travers pour poursuivre leur descente vers le Cap Finisterre. La mer sera agitée à forte avec une houle de l’ordre de 2,5 m.

Vendredi 14 mai

Le vent sera revenu à l’ouest-nord-ouest et baissera d’intensité à l’approche d’une dorsale arrivant par l’ouest. Les premiers navigateurs approcheront le Cap Finisterre et devraient le contourner à la mi-journée dans de bonnes conditions de vent avec 10 à 15 nœuds de secteur ouest. Dans l’après-midi, le vent reviendra au secteur sud-ouest avec une navigation au près dans une mer agitée avec une houle d’ouest de 2,5 m. Avec l’axe du vent qui sera proche de la route directe, il leur faudra effectuer quelques virements de bords. Ce vent de sud-ouest se renforcera en fin de journée pour atteindre 15 à 20 nœuds au passage du front chaud d’une perturbation.

Cyrille DUCHESNE, METEO CONSULT 

 

www.www.transatendouble.bzh

Edited by tsi-na-pah
  • Thanks 7
Link to comment
Share on other sites

Bonjour à tous,

Le 1er classement aura lieu jeudi soir (après 17h). Je prendrai donc dans le classement les coureurs correctement inscrits dans le fichier à jeudi 13 mai 17h30.

A vous de vérifier que tout est correct dans ledit fichier. Qu'on se le dise !!

La mer sera "costaude" avec de bons creux en sortie du plateau continental. Mais heureusement, on devrait être au bon plein/travers. Matossez correctement, prévoyez GV 1 ris et  solent et privilégiez la vitesse. 

Bonne course à vous.

Yann/Wrenic

  • Thanks 2
Link to comment
Share on other sites

Posted (edited)
il y a 3 minutes, capitaine caverne 35 a dit :

Bonjour

je serai présent sur la Transat, mais pas en PDD, car j'ai eu la chance de gagner un FP sur France bleu Armorique.Est ce que je dois me désinscrire du centre nautique pour faciliter les classements?

Bonne course à tous

 

Ce serait mieux.... pour moi quand je ferai les classements et pour nous tous, quand on regardera le classement sur Lastioulles. Merci

Edited by Wrenic Abers29
Link to comment
Share on other sites

ah bah voilà un long WE qui s'annonce pluvieux tranquille, sur mon Transatendouble installé à côté de la cheminée

mes respects à tout ceux qui vont faire de la voile pendant ce temps-là 😁

Link to comment
Share on other sites

 

« Ça va être rock ‘n’ roll ! »

12 mai 2021

AR1I5367.JPG?itok=DZdioead

Ce mercredi 12 mai, à 19h, les 18 duos de la 15e Transat en Double – Concarneau – Saint-Barthélemy ont pris un superbe départ dans un bon vent de nord-ouest, et sous le soleil breton. La première nuit en mer s’annonce sportive et humide pour les marins qui doivent vite se mettre dans le rythme. Un maître-mot guidera leur navigation nocturne : l’anticipation. 

Ce départ, donné trois jours après la date initialement prévue, a marqué une sorte de libération, de soulagement pour les 36 marins qui ne cachaient pas leur envie de prendre le large… enfin. Les dernières heures qui précèdent une grande échéance sont toujours les plus stressantes. C’est finalement à 19h que les 18 duos se sont élancés en baie de Concarneau, dans de très belles conditions avec un vent de nord-ouest d’une quinzaine de nœuds et sous un beau soleil de fin de journée. Violette Dorange et Alan Roberts (Devenir) ont volé le départ. Ils ont donc dû faire demi-tour pour repasser la ligne. Rien de bien grave à l’échelle d’une transatlantique de 3 890 milles à destination de Saint-Barthélemy… 

Vers une nuit intense nécessitant une grande vigilance

En soirée et en première partie de nuit, les duos progresseront sur la partie nord du golfe de Gascogne dans un vent d’ouest de l’ordre de 25 nœuds, d’après les prévisions de Météo Consult. Ils navigueront à vivre allure au près débridé dans une houle d’environ 3 mètres qui rendra la vie à bord bien inconfortable. L’humidité sera maximale avec aussi des grains pouvant générer d’importantes précipitations et de possibles rafales de 35 à 40 nœuds. En seconde partie de nuit, le vent d’ouest perdra en intensité, les marins pourront souffler un peu et vérifier que tout va bien à bord.

De l’importance de se mettre tout de suite dans le rythme

Dans ces conditions, les duos n’ont pas le temps de tergiverser mais doivent à l’inverse se mettre d’emblée dans le rythme sous peine de se faire décrocher d’entrée ou pire, de casser. Il est probable que le sommeil se fasse rare jusqu’à demain matin, mais le fait de s’allonger à l’intérieur, au sec, ne serait-ce que quelques minutes sera déjà grandement apprécié. Quelle que soit l’organisation du bord, l’enjeu est simple sur le papier mais beaucoup plus difficile dans les faits : maintenir une vitesse optimale et préserver le matériel, tout en faisant les bons choix tactiques. Vaste programme ! 

-------------------------

Dernières réactions des marins à Concarneau :

Yann Eliès (Gardons La Vue / 3e participation) : « Avec Martin, on aime quand c’est engagé »

« Les périodes d’attente ne sont jamais évidentes. On gagne du temps de préparation mais on subit aussi plus de pression. Mais il ne faut pas partir sur un faux rythme. Nous devons avoir un minimum le couteau entre les dents. Cette nuit, il va y avoir de l’air, ça va être viril mais on ne va pas non plus se faire découper. On va se rappeler les entraînements qu’on a faits cet hiver dans la baston. On a pris du plaisir, c’était sympa. Avec Martin (Le Pape), on aime quand c’est engagé. »

Arthur Hubert (MonAtoutEnergie.fr / 1ère participation) : « Ne pas se retrouver K.O. dans deux jours »

« Le schéma pour le début de course semble un peu plus clair qu’il y a deux jours. En gros, nous allons tous viser La Corogne et après il y aura un choix à faire entre l’intérieur et l’extérieur du DST (Dispositif de Séparation de Trafic) du cap Finisterre. Il va falloir allier vitesse et gestion des bonshommes pour ne pas se retrouver K.O. dans deux jours. Avec Clément (Commagnac) nous avons déjà connu des transatlantiques avec de telles conditions au départ. On a appris de certaines de nos erreurs. L’objectif reste d’aller le plus vite possible vers Madère et les Canaries car là-bas on pourra commencer à enlever les cirés. » 

Tom Dolan (Breizh Cola / 2e participation) : « On va peut-être subir le vent le plus fort de la course pendant la première nuit »

« Il y a toujours un peu de stress avant de prendre le départ d’une telle course. Les dernières heures avant de partir, c’est le pire ! On va peut-être subir le vent le plus fort de la course pendant la première nuit donc il faut être direct dedans. Ça va être rock ‘n’ roll ! On va vite s’amariner et être dans le rythme. Gildas (Mahé) sera de quart pendant la première nuit et je gèrerai quand ça se calmera à 6h du matin (rires). »

Jérôme Samuel (Erisma – Groupe Sodes – Fondation Tara Océan / 1ère participation) : « Cela fait plus de 20 ans qu’on attend ce moment ! »

« Cela fait plus de 20 ans qu’on attend ce moment ! On n’était pas à trois jours ou à deux heures près. Nous ressentons un peu d’appréhension et surtout de l’envie d’aller vers des contrées plus chaudes et d’envoyer le spi. Ça va secouer la première nuit et surtout il y aura une transition à gérer au petit matin. Il faudra être vigilant pour choisir les bonnes voiles et chercher une éventuelle bascule dans l’ouest. On va essayer de tenir la cadence même si notre objectif premier est de terminer. » 

 

www.www.transatendouble.bzh

 

210513012809595156.jpg

Cap sur l'étrave !

  • Like 3
Link to comment
Share on other sites

Posted (edited)

A 16h30, jeudi 13, quelques 6/7 bateaux n'ont pas rempli correctement leur inscription. Il y a qq cadors dans ce cas. Si çà reste en l'état, çà va nous faire gagner qq places au classement car je vais jouer le grand méchant et ne pas les prendre dans le fichier de course. Il s'agit de :

Meriadec, Abbaye, Bxman, Tomshore boat, domstorm, OlivRX et Titoos. Merci de les avertir.

1er classement ce soir après 22h

Yann/Wrenic

Edited by Wrenic Abers29
Rajout de l'heure du 1er classement
  • Haha 2
  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

Posted (edited)

 

@choukebou @Noisette 71 @Laurent56-EZ @ulhsmv @JJCACO2 @Capt'n_Matt @goyann  @Max59300 Julooo21  Captainkev   Maxim!

et il y en a peut-être/sûrement d'autres !

Ces bateaux n'étant pas PDD pour cette course sont priés de quitter Lastioulles. Merci.

Ce serait sympa pour que les bateaux qui sont réellement PDD puissent avoir un classement cohérent dans le jeu...

En ce moment, sur les 10 premiers, 7 ne sont pas PDD.

Edited by Pastoo
  • Thanks 2
  • Confused 1
Link to comment
Share on other sites

Posted (edited)

📢VOTRE ATTENTION S’IL VOUS PLAIT. NOUS VOUS RAPPELONS QUE LES RESTRICTIONS CONCERNANT LES RASSEMBLEMENTS SONT TOUJOURS EN VIGUEUR. TOUT CONTREVENANT EST PASSIBLE D’UNE AMENDE DE 135 € À 3.750 €. VEUILLEZ VOUS DISPERSER.  NE NOUS OBLIGEZ PAS À FAIRE USAGE DE LA FORCE. PENSEZ À VOUS ET AUX AUTRES. MERCI POUR VOTRE COMPRÉHENSION. 👮‍♂️

gv9z.png

Edited by Nanouk Willadi
  • Thanks 1
  • Haha 8
  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

Bonsoir,

Toutes les excuses pour le renseignement de l'équipement.

Je l'ai fait dans l'après-midi et vérifier 2 fois.

Après avoir vu le classement j'y retourne et vois un message que les modifications ne sont pas prises en compte.

Merci et bravo pour le temps passé à ce classement.

Link to comment
Share on other sites

Que ce soit le classement 'Ambert' ou celui de Lastioulles, les premiers sont des bateaux à foils donc ne courant pas en PDD.

Les concurrents non-PDD se désinscriront-ils afin de nous permettre une lecture normale des classements en temps réels ? 

Merci d'avance.

  • Like 2
Link to comment
Share on other sites

Prochain classement demain en fin de matinée au large des rias Galiciennes (je vais essayer d'aller faire du vrai bateau avant). 

Sinon, par excès de bonté (qui me perdra évidemment), je réintègre Bxman et Mériadeg dans le classement. Mais c'est tout !!

Par ailleurs, on enroule, plein sud, le Cap Finisterre cette nuit au près/bon plein dans 20Kn de vent. NB : Vous avez plus de vent et il est mieux orienté W si vous êtes au large. Alors, près de la côte ou, au large, dans le trafic des cargos? C'est vous qui voyez, Y'en a qu'ont essayé....

Yann/Wrenic

 

  • Thanks 2
  • Haha 1
  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

« Un bon gros combat ! »

14 mai 2021

646c278a-63a2-4827-93f5-da22ddecef7f.jpe

Deux jours après le départ, la navigation est toujours bien inconfortable et humide pour les 18 duos de la Transat en Double – Concarneau – Saint-Barthélemy. Ce vendredi, ils ont tiré des bords le long de la côte espagnole pour franchir dans la soirée le redouté cap Finisterre. Se profile désormais une nuit compliquée dans un vent soutenu. Les deux leaders, GUYOT Environnement – Ruban Rose et Bretagne – CMB Performance, sont au coude-à-coude, suivis par une meute compacte.

Du soleil, de la douceur, des belles glissades sous spi, des vitesses à deux chiffres, une navigation à plat… C’est exactement tout ce que les 36 marins de la Transat en Double - Concarneau - Saint-Barthélemy ne vivent pas actuellement. Mais c’est aussi leur perspective à moyen terme (probablement dimanche matin), et ce qui leur donne du baume au cœur.

« C’est fatiguant tous ces virements »

S’il fallait décrire les 48 premières heures de course en trois mots, on opterait pour «penchées », « humides » et « inconfortables » – ou des synonymes. Aujourd’hui, les duos ont fait face à un renforcement progressif du vent qui a tourné au secteur sud-ouest, c’est-à-dire pile dans l’axe de leur route pour atteindre le cap Finisterre (au nord-ouest de la péninsule ibérique). Ils ont dû, probablement à regret, affaler le gennaker et repasser sous foc. Les 13 premiers concurrents ont tiré des bords au ras de la côte. « Nous faisons du près sous les falaises, c’est très beau même si ça manque un peu de soleil. Cette navigation demande beaucoup d’énergie », racontait Corentin Douguet (Quéguiner – Innoveo). Le témoignage de Guillaume Pirouelle (Région Normandie) allait dans le même sens : « C’est fatiguant tous ces virements où il faut matosser tous nos sacs à chaque fois. Mais bon c'est pour doubler les petits copains donc ça vaut le coup ! On ne lâche rien pour rester au contact. »

L’option « intérieur DST » pour tout le monde ou presque…

En cette fin d’après-midi, les Figaro Bénéteau 3 bataillent dans un vent de 25 nœuds, avec des rafales entre 30 et 35 nœuds. Tout le groupe de tête a choisi l’option « intérieur DST », c’est-à-dire un passage entre le DST (Dispositif de Séparation de Trafic, rail des cargos) et la côte. Il y a au moins une exception : Violette Dorange et Alan Roberts (Devenir) passent dans l’ouest de cette zone interdite à la navigation pour, ils l’espèrent, profiter les premiers d’une bascule du vent. Ils rallongent la route par rapport aux concurrents de devant, mais ils vont aussi plus vite. La course au large est toujours une question de compromis…

Au pointage de 17h, deux duos emmenaient la flotte, quasiment à égalité parfaite en distance au but : Pierre Leboucher / Thomas Rouxel (GUYOT Environnement – Ruban Rose) et Loïs Berrehar /Tom Laperche (Bretagne – CMB Performance). Dans un message envoyé aujourd’hui, on constate que Tom a la pêche : « On est dans le rythme. On mange bien. Le bateau est nickel. C’est le dernier coup de pression avant le large du Portugal. On attend la glisse, on pourra sûrement choquer les écoutes demain soir », écrit-il. Les écarts restent faibles : seulement 5 milles séparent les leaders du duo Élodie Bonafous / Corentin Horeau (Bretagne - CMB Océane), 12e à 17h.

Une nuit tout sauf reposante

Ce soir, les duos navigueront dans un flux de sud-ouest encore marqué avec des vagues autour de 2 mètres, annonce Météo Consult. La nuit prochaine, ils poursuivront leur progression le long des côtes portugaises dans des conditions toujours très toniques et instables, dans un vent de sud-sud-ouest d’une vingtaine de nœuds qui les obligera à effectuer des virements de bord dans une mer chaotique. « Ça va être encore un bon gros combat au près dans du vent fort jusqu’à demain », résume Corentin Douguet. Optimiser le timing des manœuvres, choisir la bonne configuration de voiles, prendre garde à l’important trafic maritime sur zone : quand revient la nuit, la vigilance grandit...

_______

© Photo du bord depuis Groupe Gilbert

 

210514111303383399.png

LE POINTAGE DE 17H00 : 

  1. GUYOT Environnement – Ruban Rose (Pierre Leboucher / Thomas Rouxel)
  2. Bretagne – CMB Performance (Tom Laperche / Loïs Berrehar) à 0,1 nm
  3. Teamwork (Nils Palmieri / Julien Villion) à 1,5 nm
  4. Région Normandie (Alexis Loison / Guillaume Pirouelle) à 1,5 nm
  5. Gardons la vue (Martin Le Pape / Yann Eliès) à 2,1 nm
  6. Skipper Macif (Pierre Quiroga / Erwan Le Draoulec) à 2,4 nm
  7. Groupe Gilbert (Fabien Delahaye / Anthony Marchand) à 2,7 nm 
  8. Queguiner - Innovéo (Tanguy Le Turquais / Corentin Douguet) à 3,9 nm
  9. (L’égoiste) - Cantina St Barth (Eric Péron / Miguel Danet) à 4,2 nm
  10. CYBELE VACANCES TEAM PLAY TO B (Pep Costa / Will Harris) à 4,3 nm
  11. Breizh Cola (Gildas Mahé / Tom Dolan) à 4,4 nm 
  12. Bretagne – CMB Océane (Elodie Bonafous / Corentin Horeau) à 5 nm 
  13. MonAtoutEnergie.fr (Arthur HUBERT / Clément Commagnac) à 6,9 nm 
  14. DEVENIR (Violette dorange / Alan Roberts) à 15 nm 
  15. RLC Sailing (Estelle Greck / Laurent Givry) à 19,5 nm 
  16. ERISMA GROUPE SODES – Fondation TARA OCEAN (Jérôme Samuel / Nicolas Salet) à 29,5 nm
  17. INTERACTION (Yannig Livory / Erwan Livory) à 36,3 nm
  18. KRISS-LAURE (Nicolas Bertho / Romuald Poirat) à 44,2 nm

www.www.transatendouble.bzh

  • Thanks 2
  • Like 3
Link to comment
Share on other sites

Mode large activé

www.www.youtube.com/channel/UCzTwCLuHwpEnx_qnl8xNcdA

www.mediahouse.transatendouble.bzh/fr/#

 

210515123657100866.png

www.www.transatendouble.bzh

www.www.youtube.com/channel/UCzTwCLuHwpEnx_qnl8xNcdA

bulletin du 15 mai 2021

15 mai 2021

77.13232681240589-CYBELETEAMPLAY_CYBELET

Situation Générale : 

Ce Samedi, régime perturbé assez fort et instable de sud-ouest entre une perturbation active à 1012 hPa qui s’étend des Bermudes au sud du golfe de Gascogne et une dorsale à 1022 hPa prolongeant l’anticyclone au sud des Açores jusqu’à Lisbonne.
Dimanche, l’anticyclone des Açores s’étend et pivote sur un axe sud-ouest/nord-est jusqu’au cap Finisterre. Il repousse la perturbation au nord et oriente désormais le flux au secteur nord-ouest puis nord au large des côtes portugaises.
Lundi, l’anticyclone à 1024 hPa se maintient au sud-est des Açores. Un système dépressionnaire se forme sur l’ouest de l’Afrique. Cette situation favorise la mise en place d’un fort courant instable de secteur nord-nord-est entre le sud du Portugal et les Canaries.

Conditions météo en mer :

Les conditions instables rencontrées depuis 24 heures par les concurrents, dans un vent faiblissant à l’ouest puis se renforçant au secteur sud-ouest, les ont obligés à des choix tactiques au passage du cap Finisterre entre une navigation au large ou près des côtes espagnoles. La descente ensuite en direction de Vigo a confirmé ses choix. Ainsi ce matin le groupe des skippers est scindé en deux. Un premier composé de 13 bateaux mené par Tom Laperche et Loïs Berrehar est regroupé en moins de 20 milles au sud du Cap Finisterre. Il précède un second groupe un peu plus dispersé, tandis que Nicolas Bertho et Romuald Poirat ferment la course près du cap Finisterre. Cette nuit, la flotte a progressé à l’avant du front chaud de la perturbation. Les conditions étaient très toniques sous des vents de sud-ouest soufflant parfois à plus de 25 nœuds et une mer croisée avec des vagues de près de 3 mètres. Ces vents souvent très instables les ont contraints à tirer de nombreux bords avant de s’en extirper et mettre cap plein sud pour les bateaux du premier groupe. 

Samedi 15 mai

Ce matin, sous un vent de sud-ouest de 15 à 20 nœuds, les skippers débutent un long bord avec un cap au sud le long des côtes nord portugaises. La mer devient progressivement moins houleuse et leur permet de progresser toujours autour de 8 nœuds en moyenne. Les conditions de vent instables et parfois un peu différentes entre la côte et le large vont continuer de guider les choix tactiques des skippers. Cet après-midi, la flotte continue de naviguer au près dans un vent de sud-ouest faiblissant jusqu’à une quinzaine de nœuds. Les premiers atteindront la latitude de Porto en fin de journée. En soirée, le vent commence à faiblir à l’approche de la dorsale. Il prend de la droite pour s’orienter au secteur ouest-sud-ouest. La nuit prochaine, il va continuer de faiblir pour atteindre 10 nœuds en moyenne, et prendre encore un peu de droite vers l’ouest-nord-ouest. Dans ce contexte, les vitesses de navigation ralentiront et il faudra être bien placé pour négocier le passage ultérieur de la dorsale pour éviter le risque de molle. 

Dimanche 16 mai

Les conditions changent dans la progression des concurrents sous l’influence de la dorsale. Cette journée de transition leur permettra néanmoins de progresser dans un vent adonnant en direction du large de Lisbonne. En fin de matinée, ce vent instable de secteur ouest-nord-ouest sera entre 7 et 10 nœuds. Les vitesses de progression des bateaux seront ainsi réduites jusqu’à parfois 5 nœuds avant que le vent ne commence à se renforcer en cours d’après-midi. Il atteindra en fin de journée 18 et 20 nœuds près de Lisbonne, possiblement un peu plus. Débutera alors une navigation rapide sous l’alizé portugais qui les propulsera vers les latitudes tropicales sous des conditions nettement plus sèches et moins fraîches que celles humides subit depuis le départ.

Lundi 17 mai

Durant la nuit, les marins auront bien progressé le long de la côte sud portugaise avec des vitesses autour de 10 nœuds poussés par un vent de nord entre 18 et 25 nœuds. Une véritable course de vitesse se mettra alors en place entre les skippers, qui navigueront au portant à des vitesses moyennes autour de 10 à 12 nœuds et sous des conditions météo beaucoup plus sèches que les jours précédant. Les marins s’extirperont à temps des côtes nord Portugaises où la dorsale anticyclonique s’étendra et donc où les vitesses de vent seront bien inférieures. Après le passage du cap Saint-Vincent, le vent fort et instable de secteur nord-nord-est de 20-25 nœuds permettra des vitesses de progression entre 12 et 13 nœuds en direction des Canaries. 

Mardi 18 mai

Durant la nuit, les skippers auront pu bénéficier d’un renforcement de l’alizé instable soufflant autour de 20 à 30 nœuds en fin de période. Évoluant en marge de la dorsale, ils bénéficieront de conditions idéales pour continuer à filer au plus vite entre Madère et les côtes Marocaines.  Ils atteindront ainsi les plus fortes vitesses de progression depuis le début de la course, entre 11 et 15 nœuds. Avec de telles vitesses, il est prévu que les marins atteignent les côtes canariennes mercredi matin pour la tête de course.

Cyril BONNEFOY, METEO CONSULT

Pour plus d’informations, rendez-vous sur le site www.figaronautisme.meteoconsult.fr/

© Photo du bord depuis CYBELE VACANCES - TEAM PLAY TO B

  • Thanks 1
  • Like 2
Link to comment
Share on other sites

il y a 14 minutes, Wrenic Abers29 a dit :

Comment savent-ils que c'est une orque ? Vous avez 3 h jusqu'au prochain classement !

Peut être parce que les mâles sont plutôt comme çà ?

wqbw.jpg

  • Haha 3
Link to comment
Share on other sites

Classement coureurs au 17/05/21        
Transat en double Concarneau.St Barth      
Sur la base du Classement VR à 9h30              
Prise empreinte le 13 à 21h50     17/05/21 15/05/21 13/05/21
Clst Nom des bateaux Equipmt VIP ? VR PDD VR PDD VR
1 Bouddhamour Light N 1233 43 4641 72 25559
2 JL 32 Light O 2000 45 4722 19 14287
3 Kerz-Atao Light  N 2095 66 5863 71 25039
4 PdB95 Light N 2221 92 14661 93 47562
5 Santorin89 Light  N 2866 62 5648 89 39265
6 Elsso_PDD Light N 3152 80 9464 81 28168
7 Eole51 Light  N 4094 9 3617 14 12571
8 Sylv31 Light N 4443 77 8491 82 30755
9 RUMOALO Light O 4445 76 8490 73 26534
10 Ogle Light N 5385 26 4207 43 19533
11 Cypracus Light N 5759 3 3068 7 9274
12 willadi C0 O 6520 16 3852 9 10290
13 Lagona Light  N 6523 65 5840 65 23005
14 LA MEDUSE C0 N 6604 27 4237 6 9201
15 MushroomBoat  C0 N 6629 6 3229 1 5516
16 Redbull38 C0 N 6877 4 3205 3 7323
17 LeSanflorain Cantal C0 N 7324 32 4327 24 15890
18 NKorobeinik Light  N 8249 40 4520 39 19193
19 Salammbö / INC-BUREAU VALLEE Light  N 8367 53 5041 70 25019
20 Pastoo2 Light N 8494 10 3658 48 19833
21 Kaouenn62 Light O 8627 73 7366 44 19541
22 need yeux Light  N 8947 34 4419 34 18109
23 Raydartech C0 N 8948 1 2732 2 6008
24 Pygargue_le_Noir Light N 9161 41 4562 60 22009
25 MLSP44 WP+P N 9231 83 9913 58 21578
26 barlat26 Light  N 9251 81 9493 87 35337
27 Mick61-VD95 Light N 9272 29 4282 27 16116
28 Lathomate Light O 9615 79 9232 84 32272
29 bxman8 Light N 10015 39 4519 101  
30 LeSteCache C0 N 10435 28 4273 28 16514
31 Grigri29 Light N 10738 78 9001 23 15361
32 dady44 SGPS_FVR Light N 10739 11 3673 59 21620
33 Bistrakou-EZ Light N 10847 48 4829 56 21331
34 Wrenic Abers29 Light N 10945 33 4413 67 23147
35 Transitoire Light O 11334 93 17312 94 47944
36 kcywZ Light N 11426 5 3218 12 11797
37 KONTIKIPDD Light  O 11615 56 5262 29 16740
38 Captainflo44 Light N 11936 31 4325 38 19136
39 tavernierINC Light N 11967 46 4762 55 20952
40 darche63 Light N 12401 54 5147 74 26638
41 Nino29 Light O 12465 12 3675 17 13395
42 Ven2bou Light N 12595 61 5618 68 23303
43 juraEZic Light  O 13018 50 4933 40 19241
44 Tiruix Light  O 13019 51 4935 4 7442
45 Belle de Moscou Light  N 13065 68 6606 78 27604
46 Lourlourmiche Light  N 13082 24 4167 30 17515
47 Legolas44 EZ Light N 13146 23 4133 42 19502
48 Chevenon 3 Light  O 13610 74 7930 80 27854
49 BlackPanther Light  O 13673 2 2915 5 8658
50 Afwi Light N 13740 42 4591 21 14734
51 LELORN abers29 Light  N 13765 35 4444 41 19277
52 Molybsail Light N 13927 20 4043 31 17681
53 Siputih Light O 13984 8 3615 13 11930
54 keralio acb Light  N 14101 36 4463 47 19661
55 tsi-na-pah C0 N 14263 25 4192 15 12851
56 slocum ITA Light N 14308 7 3390 16 13105
57 kdesc392 Light N 14659 30 4305 53 20327
58 Estilofaixa Light N 14845 85 10197 62 22487
59 Phil_59 Light N 15256 60 5598 22 15010
60 daninux_San WP+P O 15526 44 4701 20 14391
61 OlivRx-EZ Light  O 15539 17 3901 36 18373
62 NAPOLEON 2 Light  N 15681 57 5301 52 20110
63 domstorm-EZ Light  N 15902 21 4082 63 22525
64 Flying Frenchman Light O 16015 13 3685 11 11100
65 beady3 Light N 16336 18 3923 33 17987
66 Meriadeg_SGPS Light N 16384 59 5329 99  
67 Kandahar Light N 16403 14 3709 66 23058
68 crabefarci Light N 16477 15 3842 69 23918
69 Zelric Light N 16503 71 7179 18 13636
70 FanchQ Light N 16539 94 17855 32 17901
71 mousse tic WP+P N 16632 91 14158 8 10014
72 Thibaut_470_F1247 C0 N 16735 84 10155 86 34102
73 Talgrund Light  N 17291 38 4480 25 16045
74 Kijdam Light N 17942 37 4479 37 18459
75 freelance Light N 18004 55 5242 57 21376
76 TANGODANCER_PDD Light N 18357 47 4809 77 27333
77 albindesmureaux Light  N 18795 63 5778 49 19888
78 Berloo"MAR" C0 O 19204 75 8374 90 43937
79 Nuninho Light N 19632 58 5317 75 26655
80 yboutemy Light N 19879 52 4938 45 19547
81 Polux080 Light O 19946 87 10977 85 32355
82 OLI\'KA Light O 20304 22 4105 26 16075
83 Enperdition4 Light  N 20346 70 6739 61 22396
84 Calup33290 Light N 20376 72 7329 46 19583
85 Max Light N 20494 67 6566 50 19936
86 waou1981 Light N 20843 49 4888 79 27702
87 vlaquicoule Light N 21020 89 12477 35 18356
88 oort2 Light N 21129 64 5810 51 19936
89 Titoos Light  N 21202 95 18819 97 60591
90 kreachanavel C0 N 21380 88 12354 10 10851
91 Chevenon 2 Light  N 21835 86 10955 88 35929
92 Ulrick Light N 23088 90 13735 83 31999
93 LeVentSiffle C0 N 24351 96 31174 96 58911
94 Calonectris Light O 26082 82 9868 76 27036
95 Karme_32 C0 O 26211 19 4027 64 22657
96 RueDuQuai-VR-TEAM49 C0 N 26219 98 34887 98 61614
97 adrien70 Light N 32112 69 6653 54 20663
98 PtitPierrePDD Light  N 34796 97 33190 95 51868
99 voiture_balai Light N 37193 99