Jump to content
Virtual Regatta Club House

Remettre le monde à l'endroit !


tsi-na-pah
 Share

Recommended Posts

Romain et Alex se sont élancés en double sur le record du Tour du Monde à l’Envers avec l’objectif d’établir un nouveau temps de référence en équipage et en multicoque. Jusqu’à ce jour, le record absolu est celui de Jean-Luc Van Den Heede en 122 jours en solo et en monocoque, le navigateur conservera donc quoiqu’il arrive son record. 

 

 

Les précisions de Christian Dumard, routeur et météorologue :  » Il existe plusieurs catégories pour homologuer un record. Monocoque / multicoque – solo / équipage – moins de 40 pieds, moins de 60 pieds, toutes tailles. A noter qu’un record en multicoque ne peut être validé que s’il est plus rapide que celui en monocoque. VDH détient aujourd’hui le record absolu. Si Romain et Alex réussissent, ils auront le record absolu en équipage. Mais VDH aura toujours le record absolu en solo (Monos et multis confondus) et le record en monocoque (solo et équipage). Il a réalisé une superbe performance et détient un grand record qui n’est pas prêt de tomber. La référence pour Romain et Alex reste donc le temps de VDH s’ils veulent être l’équipage le plus rapide en multicoque. S’ils mettent plus de 122 jours, le record ne sera pas homologué. »

 

22010605025226111017739925.png

www.www.useitagain.earth

 

 

 

HokaHey !

  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

JOUR 4

8 janvier 2022

Les Canaries dans le sillage !

Ce samedi soir, Use It Again! a dépassé l’Archipel des Canaries et poursuit sa route   à 14 noeuds le long des côtes africaines dans un léger flux de Nord-Est. Pendant que son compagnon ibérique dort – après avoir profiter de capter un peu de réseau pour prendre des nouvelles de la terre, précise le skipper de Use It Again – Romain nous envoie ces quelques lignes… 

« C’est la glissade atlantique vers l’Afrique avec l’impression d’avoir changé de saison devant nos étraves. Ce qui est le cas car on navigue depuis ce matin en short et teeshirt. Ça vous fait rêver en Bretagne je sais… habituez vous ! ça va être le grand yoyo des saisons pendant ces semaines à venir. Et dans 3 semaines, on ne fera pas les malins. J’ai déjà réalisé qu’il me manquait un accessoire pr affronter le froid… Donc la route est barrée à l’Ouest et le routage nous a fait traverser les Canaries du Nord au Sud pour aller vers la côte marocaine. Soit, allons y en short alors puisqu’Alex et moi avons rangé ce matin les gros cirés qui nous avaient bien accompagné depuis le départ. Ce départ… ce saut dans l’inconnu, ces 100, 110, 120 jours devant nous. Une éternité océanique, des océans à traverser, des nuits au chaud, au froid, des murs d’eau, une exploration océanique. Jamais je n’ai passé autant de temps en mer et de loin, Alex non plus. Comment allons nous le vivre ? Le moral, le physique, le bateau ? C’est notre leitmotiv, il faut tenir ! Alors oui les 2 premiers jours ont été compliqué, digestivement parlant… cette fatigue due au mal de mer qui s’est accumulée au stress, aux émotions, ce ne furent pas 2 jours exaltants dans le froid et la mer très désordonnée du Golfe de Gascogne. Mais je sais qu’en mer il faut savoir attendre. Et là nous glissons sur mon superbe trimaran Use It Again! vers l’Afrique, entourés de dauphins. Le bonheur et la vie marine existent bien sûr. Il faut aller les chercher, en profiter et les protéger. »

 

22010903172426111017743150.png

 

IMG_6658.jpg

www.www.useitagain.earth

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

9 janvier 2022
Gris de gris en Mauritanie

À 17h30, Use It Again! progresse à 10,7 noeuds le long des cotes mauritaniennes.
Le petit mot du bord :

« Salut à tous ! On navigue dans le gris aujourd’hui ! Il y a très peu visibilité, moins d’un mille car le vent et la pluie fine apportent du sable du désert de Mauritanie. Mais ça vaut mieux que le cagnard ! Des oiseaux de mer survolent le bateau et je viens d’être attaqué par un poisson volant qui est venu voir Moby ( le surnom qu’Ellen MacArthur avait donné au bateau). Bref, journée un peu morose (comme un dimanche sous la pluie) et on reste très vigilant car il y a des pêcheurs partout qu’on ne voit pas ! Hier soir, c’était saturday night fever à bord après une belle journée ensoleillée, au menu : apéro eau gazeuse/ sirop de menthe, cacahuètes, velouté de fromage et en dessert banane bien mûre et sablé au chocolat de la Maison du Chocolat, y a pas de mal à se faire du bien ! Bon dimanche à tous. » Romain à bord de Use It Again!

 

22011004004326111017745030.png

 

DANS LES COULISSES DU TOUR DU MONDE

10 janvier 2022

La dernière vidéo du bord !

On commence la semaine au large de la Mauritanie avec la toute dernière vidéo reçue du bord.

Ce lundi matin, Use It Again! file le long du Sénégal à plus de 15 noeuds après avoir passé la nuit à manœuvrer.

 

www.www.useitagain.earth

a6bf6738-3026-4674-a596-663a51c35d08.jpg

  • Thanks 1
  • Haha 1
  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

le sable chaud

JOUR 610 janvier 2022

Opération grand nettoyage

Après quelques frayeurs de nuit à slalomer entre les bateaux de pêche avec une visibilité réduite, Romain et Alex mettent un peu d’Ouest dans leur route et progressent à 14 nœuds vers l’Archipel du Cap Vert.

« Depuis ma banette, j’aperçois mon laveur de carreaux préféré ! On a navigué pendant deux jours dans l’air sablé du désert et le bateau est recouvert d’une fine couche de sable rouge. Ce n’est pas bon pour nos panneaux solaires alors mon équipier de choc a enfilé ses crocs, pris le seau et tente de nettoyer tout ça. » 

IMG_6753.jpg

Le lazybag rouge de sable du désert !

 

IMG_6742-2.jpg

Alex nettoie les panneaux solaires de Use It Again!

"Il sentait bon le sable chaud, .../..., Y avait du soleil sur son front, Qui mettait dans ses cheveux blonds, De la lumière ! "

 

22011103405726111017745644.png

www.www.useitagain.earth

Edited by tsi-na-pah
  • Thanks 1
  • Like 2
Link to comment
Share on other sites

JOUR 8
12 janvier 2022
Sous le soleil exactement !

Positionné à 150 milles dans le Sud des îles du Cap Vert, le trimaran de l’économie circulaire est pointé à 10 noeuds à 18h00 (7,5 noeuds de moyenne sur les 4 dernières heures) Ce mercredi est l’une des journées les plus lentes de ce début de Tour du Monde pour Romain et Alex qui gardent le moral.

  " On navigue sous un grand soleil, on en profite pour se laver, pour se reposer, bricoler et faire le tour complet du bateau. Je dois avouer que cela a un petit goût de croisière aujourd’hui " , explique Romain Pilliard.

37bba1b2-42bc-46bb-a5d0-ce9c6f318b9d.jpg

 

 

 

 22011207393726111017748021.png

www.www.useitagain.earth

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

MARCHE-ARRIÈRE SUR L’ATLANTIQUE !

 

 Christian Dumard fait le point

Une semaine après le départ du Record du Tour du Monde à l’Envers, Romain Pilliard et Alex Pella naviguent à la latitude du Cap Vert. L’équipage du trimaran Use It Again! a parcouru 2 250 milles (4000 kilomètres) depuis le départ de Lorient et devrait franchir l’Équateur ce samedi en fin de journée. 

Sept jours pour se mettre dans le rythme sans pression
Après les émotions fortes du départ, Romain et Alex ont composé avec une mer forte et désordonnée. Ne pas prendre de risques, naviguer en douceur pour préserver le trimaran, c’est le leitmotiv du duo de Use It Again! pour cette entame du Tour du Monde à l’Envers. Sur cette première semaine de record, pas de vitesses extraordinaires, on retiendra surtout la bonne humeur communicative d’Alex et Romain qui réalisent après des mois de préparation, le bonheur d’être en mer et mesurent l’étendue du défi qui se dresse devant eux.

On fait le point avec  Christian Dumard*, routeur et météorologue de Use It Again! , le troisième homme de ce Record :

« Depuis la sortie du golfe de Gascogne, Romain Pilliard et Alex Pella naviguent dans des vents portant de Nord à Nord-Est, entre 8 et 25 noeuds. La descente de l’Atlantique Nord est donc conforme aux prévisions d’avant départ. Seul le développement d’une grande zone de calme au Nord du Cap Vert les a obligé à longer la côte africaine entre les Canaries et le Sud de la Mauritanie. Le vent a basculé au Nord en fin de nuit dernière, ce qui leur permet de faire route en tribord amures vers l’entrée du pot au noir qu’ils devraient atteindre jeudi. Ce dernier se présente de façon assez classique avec un peu plus de vent dans sa partie Ouest, des zones de grains et des zones de calmes. Depuis ce matin, on commence à regarder les systèmes météo au Sud du Brésil pour anticiper le positionnement au niveau de l’équateur afin de passer plus ou moins loin de la côte brésilienne.»  
 
*Christian Dumard est un grand acteur de la course au large. Il a notamment routé et suivi Francis Joyon sur sa Route du Rhum victorieuse en 2018, il était aussi le Monsieur météo du Vendée Globe 2021 ou encore de la dernière Transat Jacques Vabre. 

22011302265226111017748675.png

 

www.www.useitagain.earth

811a3b16-5b7d-4eea-8706-c41da94e25e2.JPG

Edited by tsi-na-pah
  • Thanks 3
Link to comment
Share on other sites

Mieux vaut prévenir que guérir

JOUR 10
14 janvier 2022

« Salut à tous, si les conditions sont toujours calmes sur l’Atlantique, nos journées sont bien occupées !  Nous profitons de cette météo pour faire un gros travail de prévention et passer en revue, tout ce qui pourrait casser dans les mois à venir. Hier, Alex a rajouté des sur-gaines sur les bouts, notamment les bouts de bastaques. Nous avions un petit doute et l’idée est vraiment de lever tous les doutes pendant que la météo nous le permet avant d’attaquer la suite de ce Tour du Monde. De mon côté, j’ai sorti le J3, c’est une voile d’avant de gros temps (avec le J4 qu’on appelle aussi le tourmentin). Nous avons donc hissé le J3, nous avons revu le passage des écoutes, c’est l’occasion de répéter les manœuvres, d’être bien rôdés pour que tout se déroule au mieux quand nous aurons des conditions plus difficiles. On s’acclimate petit à petit à ces températures estivales, il fait plus de 28 degrés en ce moment, c’est étouffant à l’intérieur de bateau ! C’est un peu brutal comme changement, alors nous passons donc beaucoup de temps sur le pont. Bonne journée, » Romain, à bord de Use It Again!

A 15h00 ce vendredi, Romain et Alex sont à environ 400 milles de l’Equateur et progressent à 17 nœuds.

22011504301026111017750828.png

 

 

www.www.useitagain.earth

 

80220113_133528.jpeg

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

PLUS DE PEUR QUE DE MAL !

15 janvier 2022
Léger choc avec un OFNI

En fin de soirée, Romain et Alex ont prévenu l’équipe à terre qu’ils venaient de taper un Ofni (objet flottant non identifié). Plus de peur que de mal pour le trimaran Use It Again ! qui peut poursuivre sa route vers l’Equateur mais toujours ce constat désolant que l’Océan est jonché de déchets.

Les explications de Romain : « On a senti un choc dur, dans un bidon probablement. J’ai bondi de ma banette ! Heureusement, c’est le safran au vent qui a tapé, il est marqué mais il n’est pas cassé. Nous pouvons poursuivre notre trajectoire, mais cela nous rappelle que nous sommes à la merci de cette pollution marine et que tout peut s’arrêter en une fraction de seconde ». Romain et Alex ont embarqué tout ce qui est nécessaire à la réparation d’un safran et ont même un safran de rechange  mais cela demeure une manœuvre délicate à réaliser en mer.

La collision avec un OFNI, c’est la hantise de tous les marins. Certes, les bateaux sont de plus en rapides et plus fragiles mais c’est surtout la quantité de déchets qui flotte entre deux eaux qui a augmenté au fil des années. Plus de 10 000 containers sont perdus en mer tous les ans, bidons, barils d’essence et autres caisses sont jetés volontairement depuis des bateaux et parcourent l’océan au gré des tempêtes. Sans compter, tout ce qui est jeté à la mer depuis la terre, une situation désastreuse pour la faune et la flore.

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

ça tourne !

59ab7b4d-1d3e-4bb8-96a5-f8263637474d.jpg

 Romain Pilliard et Alex Pella ont franchi l’Equateur peu avant 7h ce dimanche matin après 11 jours et 17 heures de course et poursuivent leur Tour du Monde à l’Envers dans l’hémisphère Sud.

 

 

Après 24 heures au ralenti dans le Pot au Noir, le duo  retouche enfin du vent et glisse vers le Brésil.22011606430626111017753381.png

www.www.useitagain.earth

22011606491726111017753392.jpg

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

ON EN PARLE

17 janvier 2022

La prolifération des Sargasses

Sur ce début de Record du Tour du Monde à l’Envers, Romain et Alex n’ont pas été épargnés par les Sargasses, ces algues brunes qui tapissent peu à peu la surface de l’Océan avant de s’échouer pour beaucoup sur la côte Est des Antilles.

Les sargasses existent depuis de centaines d’années (Christophe Collomb parlait déjà de ces algues brunes de l’Atlantique). Aujourd’hui, elles prolifèrent de manière anormale (X 10 en 10 ans) avec des conséquences catastrophiques pour les coraux et certaines espèces de poissons qu’elles asphyxient. Les marins, coureurs au large sont devenus des grands témoins de cette multiplication des Sargasses et doivent désormais composer avec ce phénomène en course, des champs entiers d’algues se dressent devant les étraves des bateaux, les ralentissant significativement dans leur course contre le temps. Flottants à la surface, peu visibles de loin, difficile de les éviter, les sargasses se coincent dans les safrans et la dérive des bateaux. Un phénomène embêtant pour les marins mais un moindre mal par rapport à la dangerosité pour l’Homme une fois sur les côtes. En séchant, elles dégagent de l’hydrogène sulfuré et de l’ammoniac, qui peuvent provoquer maux de tête, nausées, vomissements, troubles respiratoires et vertiges.

Des équipes de scientifique étudient l’origine de cette prolifération des sargasses, les premières études démontrent qu’elle pourrait être dû à la culture intensive du coton en Afrique et à la destruction massive de la mangrove d’Amérique Latine qui permettait auparavant de retenir une grande partie des nutriments provenant du fleuve Amazone notamment, ces nutriments favorisent le développement des Sargasses.

Il est désormais possible d’observer le déplacement des Sargasses avec CLS, l’expert en observation de la Terre et en océanographie spatiale a placé les zones concernées sous haute surveillance satellitaire. CLS établit chaque semaine une cartographie des Sargasses sur l’Atlantique et des projets comme « Sargasse Project » de Pierre Antoine Guibout étudient la possibilité de les transformer en papier ou en carton.

Suivez le déplacement des Sargasses :
www.datastore.cls.fr/products/samtool-sargassum-detection/#DailyImages

Découvrez Sargasse Project : 
www.sargasseproject.com/

 

80220114_070306-1.jpeg

 

22011906215826111017756045.png

RAPPEL : Pour faire homologuer par le WSSRC un temps de référence en double et en multicoque, Use It Again ! doit absolument battre le temps de référence absolu de 122 jours établi par Jean-Luc Van Den Heede (en solitaire et en monocoque) d’où la comparaison des trajectoires sur la cartographie de Use It Again!.

En revanche, VDH conservera son record quoiqu’il arrive !

www.www.useitagain.earth

Edited by tsi-na-pah
  • Thanks 1
  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

Météo instable le long du Brésil

19 Janvier - Jour 14

À 9h00 ce matin, Use It Again ! progresse à 13 nœuds dans un léger flux d’Est et possède 1014 milles d’avance sur le record.

Les news du bord : « Salut à tous, il est 7h30 chez vous, je sors de mon quart. Je dors éveillé  On a pas mal bataillé cette nuit, il y a une super lune qui nous éclaire comme en plein jour, c’est magnifique. On s’est fait prendre sous un nuage sans vent en début de nuit, alors pour s’en sortir, on a fait plusieurs changements de voiles entre gennaker et J1 puis J1, J2. Bref, c’est assez instable mais on est dessus .

Au moment où je vois écrit, on descend bâbord amure le long du Brésil avec des orages de malade, il y a des éclairs dans tous les sens, c’est impressionnant, j’espère qu’ils vont rester loin de nous ! On est au taquet, voici un photo de notre coucher de soleil d’hier soir. Bonne journée à tous ! » Romain sur Use It Again!

7622E600-8447-4A10-9D05-D20F8C734377.jpg

 

22011910013126111017756835.png

www.www.useitagain.earth

 

 

HokaHey !

Link to comment
Share on other sites

Chaleur brésilienne…

Jour 15 - 20 Janvier

 » Hello la terre ! Indochine à fond dans les oreilles, je ne me lasse pas d’admirer la coque au vent de mon trimaran par le hublot de ma banette. D’ailleurs je dois avoir 200 photos de cette coque au vent. C’est magnifique. Nous avons des conditions de glisse faciles ces dernières heures, nous sommes sur la route du Sud, on gagne bien en ligne directe et nous sommes en avance sur le Record, tout va bien, à part le chocolat qui souffre un peu. Il faisait 28 degrés sous le plancher sous la grotte, proche de la chaise moteur. Comme c’est un élément indispensable à notre quotidien, je vous assure quel régal, (je vous en dirais d’ailleurs un peu plus plus, une prochaine fois.), le sac chocolat / fromage est donc passé dans la soute à bouts qui est quasiment toujours ouverte pour faire courant d’air avec notre banette. La journée commence bien, nous sommes toujours aussi heureux d’être sur notre beau Use It Again!  » Romain.

A 15h00 Use It Again avance à la latitude de Rio de Janeiro et progresse.

Cap au Sud !

80220119_161026.jpeg

22012009191926111017758458.png

www.www.useitagain.earth

HokaHey !

Edited by tsi-na-pah
  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

À une semaine du Cap Horn

À 18h00 ce samedi, le trimaran Use It Again! poursuit sa descente le long des côtes brésiliennes à environ 1900 milles du Cap Horn. Le vent revient enfin et devrait forcir encore dans les heures à venir.

« On glisse bien et ça devrait plus s’arrêter pour un petit moment ! Il parait que c’est bientôt la réouverture des boîtes de nuit et bien moi, je m’entraine à la barre en faisant des surfs à plus de 20 nœuds avec de la musique à fond. Quel bonheur ! » vient d’envoyer Romain à son équipe. « On a un oeil sur le Cap Horn mais il va se passer mille choses d’ici là. »

 
 18ème jour de course – 5666 milles parcourus – distance restante : 16 848 milles 

 

 

22012211285226111017760681.png


 80220120_094707-1.jpeg

www.www.useitagain.earth

 

Link to comment
Share on other sites

Pour le meilleur et pour le pire

Voilà déjà trois semaines que Use It Again! s’est élancé sur le Record du Tour du Monde à l’Envers. Romain Pilliard et Alex Pella poursuivent leur descente de l’Atlantique le long des côtes de l’Amérique du Sud et sont actuellement à la latitude de l’Argentine. Si les deux marins ont d’ores et déjà un œil sur le Cap Horn qu’ils devraient franchir en début de semaine prochaine, le duo du trimaran de l’économie circulaire a dû composer ces jours-ci avec quelques réparations techniques et déconvenues comme des traces de pétrole sur le bateau, preuve s’il en fallait de la pollution de l’Océan.    

« Cette descente de l’Atlantique Sud n’est pas aussi rapide que prévu mais nous offre des moments fabuleux. C’est fou comme en mer, les sentiments, les émotions, les ressentis sont décuplés. On a des périodes d’euphorie, de symbiose totale avec l’Océan, avec le bateau. Je n’ai jamais vécu d’aussi beaux levers et couchers de soleil de toute ma vie. Des couleurs incroyables, c’est presque irréel. On apporte aussi une attention spéciale à un beau surf, à une manœuvre bien effectuée en solitaire pendant que ton équipier dort sereinement. Nos journées sont rythmées par une multitude de petits bonheurs simples.  

Et puis, il y a les coups durs aussi, de la même manière, un petit souci peut très vite prendre des proportions plus importantes sur un bateau. On a eu ce week-end une mauvaise suprise sur une drisse de gennaker qui aurait pu rompre. On a réussi à la réparer à temps, à comprendre pourquoi elle s’était usée prématurément, et après un après-midi de matelotage et une belle montée d’Alex en haut du mât (à 30 mètres au-dessus de la mer), nous voilà d’attaque pour la suite !

Par ailleurs, depuis que nous longeons les côtes brésiliennes, nous avons aperçu et senti l’odeur de champs de plateformes pétrolières, c’est impressionnant ! Et ce matin, je découvre qu’on a dû passer dans une nappe entière de pétrole car il y en a partout sur le flotteur bâbord, l’étrave tribord et sur la poutre arrière. Ça me rend fou ! Au-delà d’établir un temps de réference sur ce parcours, nous sommes aussi là pour témoigner de la beauté de l’Océan, pour constater cette pollution omniprésente et pour faire prendre conscience de l’urgence de protéger cet Océan. » Raconte Romain Pilliard.

Prochaine étape de ce Tour du Monde à l’Envers et pas des moindres : le mythique Cap Horn ! Christian Dumard, météorologue et routeur du Team Use It Again! observe et analyse depuis plusieurs jours les différents modèles météo pour permettre à l’équipage de le franchir dans les meilleures conditions. Et pour l’heure, le moins que l’on puisse dire, c’est que cela s’annonce compliqué. À suivre…

 

 

80220125_052021.jpeg

www.www.useitagain.earth

  • Thanks 2
Link to comment
Share on other sites

Ambiance, environnement, décor

 

« On a 40 nœuds, on navigue sous 3 ris dans la GV et rien à l’avant. C’est sport. C’est le Sud. Je suis dans les 50eme, je me dis que je suis en train de vivre un truc de dingue. Nous allons finalement nous abriter après le détroit de Lemaire. Il fait 0 degré. J’ai mis toutes les épaisseurs possibles et j’ai quand même l’impression de faire du ski sans gants un jour de temps pourri. On est d’attaque les amis ! » Romain sur Use It Again!

 

 

 

 

22013001205926111017773733.png

 

Atmosphère...

 

22013001203126111017773732.jpg

www.www.useitagain.earth

 

  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

TERRE DE FEU

Depuis dimanche soir, le trimaran Use It Again! a trouvé refuge dans le Nord-Ouest du Détroit de Lemaire le long de la Terre de Feu. Après 48 heures sous haute tension dans un vent soufflant à plus de 40 nœuds établis avec des rafales enregistrées à 56 noeuds et dans une mer très formée, le trimaran s’est frayé un chemin coûte que coûte vers la Terre de Feu. Désormais à l’abri, Use It Again ! tire des bords à vitesse réduite le long de la côte ce qui va permettre à nos deux marins de se reposer et consacrer leur journée à panser les petits bobos de leur bateau. Le passage du Cap Horn se fera dans la semaine. Quand ? Difficile à dire. Il faudra être patient !

« Les trois derniers jours ont été éprouvants. Nous avons fini en avançant à 8 nœuds à sec de toile après avoir eu plus de 50 nœuds de vent et une mer démontée. Nous réparons aujourd’hui ce qui a été abimé et nous attendons une accalmie pour repartir vers le Cap Horn. Nous allons bien., le moral est bon. Nous sommes armés pour affronter ce qui nous attend. Le challenge est de taille mais nous n’oublions pas la cause, celle-ci en vaut la peine. Nous faisons notre possible avec Alex pour démontrer sur ce record que nous pouvons faire les choses autrement et que le défi du changement de nos habitudes de consommation et les chemins que nous prenons doivent changer, il en va de la survie de nos enfants», explique Romain.

 

Demain au Cap Horn ?

Ça y est, Romain Pilliard et Alex Pella, accompagnés par Christian Dumard leur routeur et météorologue à terre, semblent enfin apercevoir une fenêtre météo pour se lancer à l’assaut du mythique Cap Horn. Toujours à l’abri de la Terre de Feu dans le Nord du Détroit de Lemaire où ils se sont réfugiés depuis dimanche soir, Romain et Alex vont essayer de franchir le Cap Horn demain mercredi dans la journée. Une étape redoutée de ce Tour du Monde à l’Envers et ô combien symbolique dans la vie des marins.   

Ce mardi, comme en témoigne leur trajectoire sur la cartographie, Romain et Alex se trouvent actuellement à la pointe extrême Est de la Terre de Feu pour laisser passer un nouveau coup de vent de Sud-Ouest à plus de 35 nœuds. Dès demain, le duo tentera une première approche du Cap Horn dans du vent a priori maniable, mais la grande question reste la praticabilité de la mer qui s’annonce très formée après le passage du front de ce mardi. Une fois le Cap Horn passé, là encore, des incertitudes demeurent : pourront-ils s’élancer sur la traversée du Pacifique ou devront-ils auparavant s’abriter le long des côtes chiliennes ?

« Aujourd’hui, on se prépare comme pour un grand événement… Mais on ne sait pas quel type d’événement. On sait juste que c’est de la navigation et qu’il s’agit d’un cap mythique à passer : le Horn. Le graal de tous les navigateurs, et qui plus est, d’Est en Ouest. Combien sont-ils à l’avoir passé à la voile ? Si Neptune et Eole sont cléments avec nous, il y en aura deux de plus demain. Mais il ne s’agit pas que d’un cap en mer, c’est aussi un cap du projet Use It Again! initié avec Aurélie, mon épouse, il y a 6 ans, un engagement pour un avenir meilleur. Une envie de rassembler, d’encourager le changement et inspirer. Depuis quelques jours, nous sommes au milieu d’un environnement qui semble, quasi vierge, nous sommes entourés de centaines d’oiseaux, les algues géantes (kelp) poussent à leur guise au fond de l’océan, l’air est froid et pur, et même l’eau qui sort de notre désalinisateur semble être de l’eau de source. Qu’avons nous fait à notre Terre ? Essayons au moins de préserver notre Océan. Notre planète devrait porter ce nom puisqu’il y a bien plus d’eau que de terre, et que c’est l’eau qui est source de vie sur Terre.Enfin, presque un mois que nous sommes partis, il n’y a pas de routine, d’ennui ou de lassitude car chaque instant est différent: les couleurs, les lumières, la mer, les reflets, son état… c’est magique. Une seule chose me surprend encore: cela semble sans fin, ce n’est qu’une continuité de navigation, de glisse, il n’y a pas de pause, pas de pied à terre pour faire un break et aller manger une bonne salade avec une bonne bière. Je vais peut-être devenir merien alors… À demain », vient d’envoyer Romain Pilliard à son équipe.

22020211594726111017778821.png

www.www.useitagain.earth

B48AE0A5-548A-47A5-92ED-6FA8D5E342E3.jpg

 

Link to comment
Share on other sites

Ils l’ont fait !

 

 Vent glacial
3 février 2022, Jour 30

À 12 heures 55 minutes ce jeudi 3 février, Romain Pilliard et Alex Pella sont parvenus à franchir le mythique Cap Horn d’Est en Ouest à bord du trimaran Use It Again! dans des conditions difficiles. Les deux marins se sont bien battus au près en tirant des bords depuis 36 heures face à une mer très formée et dans 30 à 40 nœuds d’un vent glacial. La difficulté du passage du Cap Horn d’Est en Ouest n’est décidément pas un mythe ! C’est une nouvelle étape réussie pour le duo franco-espagnol et le trimaran de l’économie circulaire sur cette tentative de Record du Tour du Monde à l’Envers contre les vents et les courants dominants, débutée le 4 janvier à Lorient.

Fierté et bonheur pour les deux Cap-Horniers !
Si Alex Pella a déjà passé le Cap Horn « à l’endroit » quatre fois, c’est la première fois que Romain Pilliard approche ce cap mythique, la première fois qu’il navigue dans des latitudes aussi lointaines (56 degrés Sud). Après 29 jours et 18 heures de navigation depuis la ligne de départ de ce Record du Tour du Monde à l’Envers située entre l’île de Groix et le phare de Kerroc’h, les voilà « Cap-Horniers » et à l’assaut d’un nouvel océan, le Pacifique.

« Nous vivons un moment mythique de ce parcours ! Nous venons de passer le Cap Horn moins de 30 jours après notre départ de Lorient-Ile de Groix. Nous avons dépassé la longitude du Cap Horn, c’est un moment exceptionnel, je suis hyper ému car c’est mon premier Cap Horn ! C’est le rêve de beaucoup de marins dans le monde. Nous avons eu des conditions assez difficiles sur Use It Again! au près depuis pas mal de temps puisque nous sommes sur le Tour du Monde à l’Envers. Cap-Hornier d’Est en Ouest, cela a une autre saveur, c’est beaucoup d’émotions, un bonheur indescriptible vécu autour de cette île qui est la terre la plus au Sud de l’Amérique Latine avant l’Antarctique… Maintenant, la route continue sur ce Tour du Monde à l’Envers », se réjouit Romain Pilliard.  

« Je suis très heureux, un passage du Cap Horn, c’est toujours beaucoup d’émotions même quand tu l’as déjà passé 4 fois ! D’ailleurs, je crois que si je le franchissais 1000 fois, ce serait à chaque fois exceptionnel car c’est un endroit chargé d’histoires maritimes. C’est le passage entre l’Atlantique et le Pacifique, il s’est passé beaucoup de choses dans ces eaux. Cela me passionne ! C’était très difficile le passage de la pointe avec les courants, le vent de face, on a fait des bords carrés mais on a réussi. Il n’y a pas de doute, c’est plus facile de le passer à l’endroit ce Cap Horn ! » Explique Alex Pella, co-skipper du trimaran Use It Again!

Retour sur une épopée de 36 heures sous haute-tension
Après 48 heures de stand-by au Nord de la Terre de Feu pour laisser passer une première tempête sur le Cap Horn et préparer le trimaran à cette étape délicate du Tour du Monde, Romain Pilliard et Alex Pella se sont élancés mercredi matin dans le Détroit de Lemaire entamant ainsi une longue et difficile descente vers le Cap Horn. « On a 44 nœuds, la mer est mauvaise, 4 mètres de creux, et courte, ça tape fort, on serre les dents, on espère que le bateau ne souffre pas trop », envoyait alors Romain à son équipe. Après un premier bord dans le Détroit de Lemaire, la mer est impraticable, ils font demi-tour vers la côte et après discussion entre les deux hommes, ils prennent le parti d’y aller quand même en tirant des bords à la côte pour avoir moins de mer, les conditions de vie sont particulièrement difficiles pour les marins « On vit comme des animaux, on dort assis dans le pouf avec la couverture de survie pour se réchauffer. J’ai 7 épaisseurs sur moi et je suis glacé. C’est raide ! Tu sors de la sieste et tu te dis *****, ça continue encore cette affaire », expliquait Romain hier soir.

Quant à la suite, difficile à dire encore une fois ! Une énorme dépression arrive par l’Ouest dans le Pacifique Sud, avec des conditions de mer et de vent qui entraveraient fortement leur progression. Romain et Alex, accompagnés par Christian Dumard, leur routeur à terre, vont de nouveau faire des choix dans les heures à venir, la possibilité de chercher à s’abriter le long de la côte n’est pas exclue. À suivre…  

 

 

22020401085526111017780784.png

7df2529c-62c6-4d9d-bc4e-52112bb9f6cb-2.jpg

www.www.useitagain.earth

 

 Arrangement gospel provenant d'un hymne du XVIIe siècle

HokaHey !

  • Thanks 1
  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

Stand-by à l’entrée du Canal de Beagles

4 février 2022
 

Après le passage du Cap Horn jeudi, Romain et Alex ont progressé dans le Nord en longeant les côtes chiliennes. Comme redouté depuis quelques jours par Christian Dumard, le routeur à terre, Dame Nature a décidé de ne pas laisser de répit à nos marins qui sont de nouveau contraints de se mettre à l’abri dans la baie de Cook à l’entrée du Canal de Beagles (au Sud du Détroit de Magellan). Ce canal sépare la grande île de la Terre de Feu des îles Hoste et Navarino au sud. Sa partie occidentale appartient au Chili, et sa partie orientale constitue la limite entre l’Argentine au nord et le Chili au sud. 

La situation n’a pas évolué favorablement pour envisager de continuer. Christian Dumard, leur a ainsi conseillé de s’abriter pour des raisons de sécurité dans la baie de Cook et en profiter pour réparer.

22020408282926111017781873.png

 

www.www.useitagain.earth

 

 

HokaHey !

  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

Le calme avant la tempête

5 février 2022

JOUR 31
Au milieu des fjords de Patagonie, Romain et Alex prennent leur mal en patience dans la baie de Cook où ils sont à l’abri depuis vendredi matin en attendant de laisser cette grosse dépression qui arrive du Pacifique et qui va balayer la pointe de l’Amérique du Sud en tout début de semaine. Si les deux marins bénéficient pour le moment de conditions très calmes, ce n’est pas forcément reposant puisqu’ils sont contraints de tirer des bords et de manœuvrer en permanence. Pour l’heure, il semble impossible de repartir avant mercredi en espérant que les fichiers météo évoluent favorablement !

22020605062726111017783223.png

d18e6e68-813c-4b57-9b8b-b8327f185f84.jpg

www.www.useitagain.earth

 

HokaHey !

Edited by tsi-na-pah
  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

LES CANAUX DE PATAGONIE...

JOUR 33
7 février 2022

Dimanche soir, Romain et Alex ont appris que l’option de repartir ce lundi n’en était plus une.  En effet, les fichiers météo confirment des conditions trop musclées et surtout en cas de problème, les marins n’auraient plus aucune solution pour rejoindre la baie de Cook ou la terre, la dépression de mardi-mercredi se mettrait alors entre eux et la côte générant des vagues de 8 mètres et des rafales à plus de 45 nœuds. 

La première fenêtre météo qui s’offre à eux pour l’heure serait à partir du jeudi 10. C’est un coup dur pour les marins qui continuent d’arpenter la baie de Cook dans tous ses recoins pour tenter de trouver l’endroit où ils seront le plus à l’abri  mardi et mercredi. 

À bord, Romain et Alex gardent un rythme de quart pour tenter de se reposer au mieux et poursuivent l’inspection méticuleuse du bateau puisque le départ de la baie de Cook se fera de toutes façons dans des conditions toniques avec une mer très forte et très courte. Des conditions très sollicitantes pour les marins et pour le trimaran Use It Again!

 

1d3c472b-9f7a-4312-8460-63e8a6d91ec7.jpg

 

22020701583226111017784840.png

www.www.useitagain.earth

Attendre encore et encore…

Hippodrome de Vincennes Paris, le 06/06/1992 et en premières parties : Soundgarden, Faith no More. 58 000 spectateurs .... J'y étais !     :D

HokaHey !

  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

Pas si seuls…

JOUR 33 - 7 février 2022

Si Use It Again! est bien le seul bateau ces jours-ci dans les canaux de Patagonie, depuis quelques heures, une baleine s’est invitée à la fête.

« Voilà plus de trois jours que nous sommes dans les fjords de Patagonie. Nous avons réussi à arrêter le bateau hier avec un peu de vent et du courant contraire, c’était le calme plat, le silence absolu. C’est une sacrée aventure et assez surréaliste d’être là, mais c’est ça aussi ce formidable défi du Tour du Monde à l’Envers : savoir patienter pour attendre la bonne fenêtre météo. On se régale de ces paysages exceptionnels, les monts enneigés, les glaciers… Le calme absolu, ça n’existe jamais sur un bateau alors, on en profite. Ce matin, une baleine est venue me souffler dans les oreilles. J’ai éclairé son souffle à la torche, cela faisait déjà 24h qu’on la devinait dans la baie. C’est juste incroyable ! Je suis impatient d’entendre ce que cela va donner à l’hydrophone, le micro qui nous permet d’enregistrer les bruits sous-marins de notre Tour du Monde à l’Envers. Grâce à ces données, les scientifiques pour établir la première cartographie sonore des Océans. Bonne journée à tous », Romain.

 

Complications en Patagonie

JOUR 34 - 8 février 2022

Depuis leur passage du Cap Horn, jeudi dernier, Romain Pilliard et Alex Pella, le duo du Trimaran Use It Again!, engagés sur le Record du Tour du Monde à l’Envers, sont à l’abri dans les canaux de Patagonie pour laisser passer plusieurs dépressions qui se dressent sur la route du Pacifique. Jusqu’à ce lundi, les conditions étaient particulièrement clémentes, mais cette nuit, peu avant 6 heures (FR), dans un grain à plus de 50 nœuds, cette région sauvage et reculée de la planète a rappelé à l’équipage de Use It Again! combien elle pouvait aussi être puissante et imprévisible.

« En milieu de nuit, le vent est monté d’un seul coup de 10 à 50 nœuds. Nous naviguions avec 4 ris dans la Grand-Voile au milieu du chenal entre Darwin et Chair, heureusement, nous avions un peu de place pour manœuvrer mais dans la violence du grain, dans la nuit noire, nous filions tout droit à plus de 12 nœuds sur l’île de Chair. Dans l’urgence, nous avons dû faire deux empannages pour ne pas aller tout droit sur l’île et nous avons un peu de casse à déplorer sur le bateau ce matin. Plus de peur que de mal, nous ne sommes pas blessés mais nous avons échappé à la correctionnelle », explique Romain Pilliard brièvement ce matin, « nous avons été surpris, aucun modèle météo n’annonçait cela ». 

Concrètement, Romain et Alex ont déjà pu identifier la casse d’une latte de Grand-Voile, d’un boitier de latte et d’un chariot de latte de la Grand-Voile. Pour l’ensemble des dégâts déjà identifiés, ils ont des solutions de réparation ou de remplacement mais cela impose un travail particulièrement physique et complexe (notamment d’affaler la Grand-Voile sur le pont) dans des conditions météo peu propices pour ce genre d’opérations. Il y a encore 30 nœuds ce midi. Actuellement, les deux skippers cherchent un abri favorable qui conjugue protection du vent et options de « fuite » en cas de vent fort pour réparer dans les meilleurs délais. Une fois ces étapes réalisées, idéalement avant la tombée de la nuit ce mardi, il faudra se positionner en amont de la baie de Cook pour affronter le passage de la dépression de demain.  

« Les conditions du mercredi 9 février sont malheureusement évaluées à la hausse aux fichiers de ce matin. Romain et Alex ne sont plus en sécurité dans leur abri actuel car des rafales en haut des reliefs sont prévues à 60 nœuds avec de grosses chutes de neige, des rafales qui peuvent très bien descendre entre les fjords. L’idéal, même si le vent sera très fort, est de se positionner de nouveau dans la baie de Cook où ils seront plus manœuvrants et plus éloignés des montagnes car les effets de site sont très importants surtout la nuit quand il y fait plus froid », explique Christian Dumard, routeur et météorologue.  

Cette option de se positionner dans la Baie de Cook permettrait aussi de saisir l’opportunité encore à confirmer d’une courte fenêtre le 10 février pour se lancer sur la traversée du Pacifique. Enfin, si les conditions météo de demain s’averaient trop dangereuses pour l’équipage et le bateau, Romain et Alex pourraient alors se refugier dans le Canal de Beagles. 

PREVI_0902.png

 

22020808280526111017787525.png

33e15b6e-a584-4955-a09f-fb271f5264b7.JPG

www.www.useitagain.earth

 

 

Edited by tsi-na-pah
  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

En sécurité à Puerto Williams ! 

Après une très longue journée, Romain et Alex sont arrivés en fin de nuit (heure française) dans le Port Chilien de Puerto Williams. Au moteur, ils ont remonté le canal de Beagle escorté par la Marine Chilienne ( en fond sur la photo). Nous tenons à remercier la réactivité et le professionnalisme des équipes de la Marine Chilienne qui ont tout fait pour sortir le Trimaran Use sur Again! et son équipage de ce mauvais pas.  Bravo et merci !

Romain et Alex se reposent, avec le décalage horaire, nous devrions avoir des nouvelles cet après-midi ! Merci à tous pour votre soutien !

0f9d7168-0056-4dc1-8b21-a9b970494017.jpg

Après leur passage du Cap Horn, jeudi dernier, Romain Pilliard et Alex Pella étaient depuis à l’abri dans les canaux de Patagonie pour laisser passer une grosse dépression leur barrant la route du Pacifique.

Les explications de Romain Pilliard, skipper de Use It Again! :

« Il était 1h du matin local quand un grand bruit m’a réveillé en sursaut. Le bateau s’est immobilisé. J’ai de suite compris… Nous prenions la barre à tour de rôle, assurant nos quarts respectifs, en naviguant dans la baie de Cook pendant la nuit pour être en place ce 9 février en vue d’une nouvelle dépression et avant une possible fenêtre de sortie le 10 vers le Pacifique. Les conditions météo étaient encore bonnes, nous étions sous voile réduite, nous progressions à 6 nœuds dans la baie de Cook. Alex était de quart, et c’était mon tour d’être de repos. Après plus d’un mois en mer, la fatigue s’est accumulée et Alex s’est posé à l’intérieur et s’est endormi. C’est un vrai cauchemar ! Je n’ai pas vraiment les mots. Je suis dévasté. J’essaie d’évacuer et de me concentrer sur l’urgence du moment. Mais j’ai du mal à croire ce qui nous est arrivé. À ce moment-là. Dans ces conditions. Le trimaran est littéralement posé sur les rochers, nous sommes coincés dans un trou de souris avec des rochers tout autour de nous. C’est surréaliste d’être là. De vivre ça. Après ce que nous avons traversé ces derniers jours. Nous avons préparé le bateau pour sortir d’ici, envoyé une vidéo à la Marine Chilienne pour qu’ils puissent nous sortir de là dans les meilleures conditions et le plus rapidement possible avant l’arrivée de la dépression et sans trop abîmer le bateau. La zone n’est pas cartographiée, la sortie va être compliquée. Nous ne sommes pas blessés, nous allons sortir le bateau de là, le mettre en sécurité, la suite on verra.»

L’équipage de Use It Again! ayant demandé assistance, le Record ne pourra pas être homologué. Quant à la suite du Tour du Monde à l’Envers, il faudra avant d’envisager quoi que ce soit, réaliser un état des lieux complet du bateau.   

ee9b348d-796a-45c4-8632-a6b4034d9d28.jpg

 

www.www.useitagain.earth

  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

bonjour!

Naviguer avec un trimaran face au vent dans les conditions souvent musclées du détroit de Drake n'est pas une partie de plaisir comme sur les cartes.

Jean-Luc Van Den Heede y est parvenu en monocoque.

Il va falloir le réparer pour le convoyer.

Bon courage à l'équipe du bateau réel.

 

 

Link to comment
Share on other sites

Il y a 2 heures, guillemot de troil a dit :

Jean-Luc Van Den Heede y est parvenu en monocoque.

Il faut le voir "Adrien", le bateau de VDH, taillé pour ce genre de "course". Des caractéristiques de ouf :
www.www.vdh.fr/le-bateau-adrien

VDH_20010819_FACNOR_02.jpg

 

D'autres photos ici :
www.www.vdh.fr/photo-adrien/26

 

Il y a 2 heures, guillemot de troil a dit :

Il va falloir le réparer pour le convoyer.

Bon courage à l'équipe du bateau réel.

Bon courage à eux +1. 

J'ai hâte de les revoir sur l'eau dans de bonnes conditions.

Link to comment
Share on other sites

oui! j'admire VDH.

Je l'ai croisé sur les quais de St Malo pendant une course du Rhum.

VDH a gagné une 3eme place au premier Vendée globe sur son monocoque précédent : 36.15_MET.

Il a souvent participé à la croisière EDHEC2 avec ce bateau qui est tout effilé, Rien à voir avec ceux de ses concurrent du VG.

Il a souvent participé à la croisière EDHEC2 avec ce bateau.

J’ai participé à une de ces courses autour de Lorient.

Quand VDH est bien décide à passer la ligne de départ lancé, il ne faut surtout pas lui couper le passage. Il est gonflé de prendre ces risques avec un si gros bateau.

C’est un prof chanteur. Hugues Aufray lui a consacré une chanson que vous pouvez ecouter

 

www.www.allformusic.fr/hugues-aufray/aux-vents-solitaires-compil

 

http://www.paroles-celebres.com/5875-paroles-hugues-aufray/50029-paroles-aux-vents-solitaires.html

 

« Sur la route solitaire
Il va entoiler l'océan
Aux vents solitaires
Tête à l'envers
Seul à contre courant …... »

Bon vent!🐧

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

"Tout le monde est adorable..."

 

 

 

 

« Tout le monde est adorable ici, la Marine, le capitaine du Port Sergio Roa Castro (sur la photo). Nous avons eu le droit à notre coton-tige de bienvenue dans le nez. Évidemment, nous sommes bien négatifs au Covid 19 !

a10ed6e2-c248-4ea5-80c6-1c5525544e61.JPG

 

Eric, un plaisancier du coin, nous avait préparé un super mouillage et il nous cuisine de bons petits plats. Nous avons passé notre soirée à nous raconter des histoires de mer… Dans notre malheur, nous avons rencontré des gens exceptionnels ! Ce sont des moments hors du temps, des souvenirs inoubliables »

bc511b3e-b622-4435-b0a9-568c28c6535e.JPG

 

3C4A1470-68C7-465E-B3AE-C2BADC3FAEE2.JPG

www.www.useitagain.earth

 

 

  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

Les news d’Ushuaia

15 février 2022

« Bonjour à tous, deux informations importantes à vous partager aujourd’hui, vous qui nous suivez depuis plusieurs semaines.

La première, le bateau : les dégâts occasionnés par le frottement de Use It Again! sur les rochers sont plus conséquents que ce que nous avions imaginé, notamment sur la coque centrale. Les échanges avec l’architecte du trimaran et les experts techniques imposent de sortir le trimaran de l’eau à Ushuaia afin d’engager rapidement un chantier de mise en sécurité de la coque centrale. L’étrave et la dérive sont également endommagées mais leurs structures ne semblent pas touchées. La chaise d’arbre d’hélice est cassée et pourrait endommager davantage encore la coque centrale. Il n’y a pas le choix, nous devons sortir le bateau de l’eau et il va y avoir du boulot !

La seconde information concerne mon coéquipier : Alex a décidé de ne pas poursuivre ce Tour du Monde à l’Envers. Il est reparti dimanche soir en Espagne. J’ai pris acte de son choix.

J’aurais aimé vous donner de meilleures nouvelles mais je ne baisse pas les bras et je suis déterminé à tout mettre en œuvre pour poursuivre l’aventure en commençant par sauver ce bateau une deuxième fois ! La première, c’était en 2016 : ce beau trimaran de légende était abandonné sur un quai à Brest dans un piteux état… Depuis, grâce à l’équipe de Use It Again! et de nos partenaires, nous lui avons offert une seconde vie. Il a fait une Route du Rhum, des centaines de milles en Méditerranée et il y a quelques jours, il renouait avec le Cap Horn… Je ne laisserai pas tomber …  Je ne LE laisserai pas tomber. 

À très vite, pour vous partager la suite des aventures de Use It Again! au bout du monde. Ma première mission aujourd’hui à Ushuaia : changer Use It Again! de ponton », Romain.

EB6D64C0-E120-4A74-AC6A-F06012FA1AFB.jpg

www.www.useitagain.earth

  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

Ainsi va la vie à Ushuaia…

JOUR 42
16 février 2022

8b284c42-c52d-430e-95b4-f416e5c6fd3e.jpg

« Quand je me réveille le matin dans ma banette, je me demande parfois ce que je fais là ou plutôt où je suis ! Le temps que le bateau soit sorti de l’eau, je dors toujours à bord car il y a de sacrés coups de vent dans le coin, le bateau a également 2 entrées d’eau importantes et je pompe en permanence pour éviter qu’il ne se charge de centaines de litres d’eau supplémentaires,  j’ai besoin de veiller sur lui et que je m’y sens bien… Pour l’heure ma seule incursion dans la ville, c’était pour m’acheter un pantalon digne de ce nom, à part mes cirés et un short qui n’est pas vraiment approprié vu la température, je n’avais rien ! Les choses s’accélèrent, j’ai validé que la seule grue du coin était bien capable de sortir le bateau de l’eau, le yacht club est ok pour nous louer son terrain pour y faire le chantier et une équipe d’argentins et de français doit me rejoindre d’ici la fin de semaine. Aujourd’hui, j’ai aussi préparé le bateau pour sa mise au sec et j’ai démonté la grand-voile et les voiles d’avant. Je suis en liaison permanente avec mon équipe à terre, la job-list se précise et ne cesse de s’agrandir. Ce chantier au bout du monde, c’est une aventure dans l’aventure ! Je prends le temps aussi de savourer les couleurs magiques qu’offre Ushuaïa et j’échange beaucoup avec les gens du coin, Ushuaia est un de ces endroits du monde où tout le monde a des vies un peu hors du commun. Je me nourris de leurs récits… Cela me fait du bien… Ici il n’y a rien mais il y a des solutions pour tout. Ça me plaît ! »

3b9f276b-1a9d-4831-b458-693414c1832a.jpg

3c1ba385-5eb6-42a0-93a6-6c71dda68e13.jpg

 

On démonte et on reconstruit !

JOUR 43
17 février 2022

Une semaine après l’accident de Use It Again! en baie de Cook, quatre jours depuis le départ d’Alex, Romain attaque la phase préparation de la reconstruction sereinement et bien entouré à Ushuaia !

f30b1a9b-8381-4c2f-9c12-1eb8aff33945.jpg

« Je vous présente ma super équipe ! Quel bonheur d’avoir une partie de l’équipage du navire Le Lyrial du Ponant avec moi. Ce matin, nous avons débarqué la dérive qui était sur le pont du trimaran, et nous avons démonté la bôme avant le démâtage de Use It Again! Je ne suis pas tout seul… Merci à vous tous pour vos messages, cela fait aussi bien fou ! Je vous promet que j’essaierai de vous faire découvrir d’autres vues d’Ushuaia mais pour le moment je suis un peu occupé !  »

d808a127-05c7-49b6-96b6-8957ddfbeab2.jpg

www.www.useitagain.earth

 

 

HokaHey !

  • Thanks 2
Link to comment
Share on other sites

" Aux pieds de la montagne..."

au sens propre comme au sens figuré..

Prêt à sortir de l’eau !

Tout est prêt à Ushuaia pour sortir le trimaran Use It Again! de l’eau et débuter le début de ce chantier de reconstruction qui permettra à Romain Pilliard de poursuivre son tour du monde à l’envers. Depuis plusieurs jours, une équipe du navire Le Lyrial de la Compagnie du Ponant accompagne Romain Pilliard dans la préparation du bateau. Le trimaran est désormais à nu, prêt à être démâté et gruté. Ce week-end, une équipe technique est arrivée de France auprès de Romain. 
 
Seulement, voilà, entre le trimaran Use It Again! et le terre-plein qui accueillera le chantier, il y a une énorme barge militaire de plus de 1000 tonnes et impossible pour l’heure de la faire bouger…

On va y arriver ! 

 

www.www.useitagain.earth 

 

Ça va venir

 

HokaHey !

  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

1001 palettes !

6b7d85c4-8609-4966-b6f9-4ad05f1a6b0d.JPG

JOUR 49
23 février 2022

Après de longues journées de préparation du trimaran, l’équipe de Use It Again! a enfin trouvé le terrain qui pourra accueillir le chantier de reconstruction du bateau. Initialement imaginé devant le Yacht Club d’Ushuaia, cette solution s’est avérée trop complexe et s’est finalement sur un terrain militaire situé dans la baie d’Ushuaia que le chantier va pouvoir débuter.

 

 

Mardi, Romain et son équipe sur place (Alain, Jean et Marion) ont pu commencer à construire des bers en palette pour accueillir le trimaran une fois sorti de l’eau.

ac490b03-5d05-458d-a4b6-feb8bf4e5272.jpg

 

www.www.useitagain.earth

 

f405544e-e095-4b6c-8696-6ac043c903c8.JPG

Shake everything you've got

et... En mouvement !

HokaHey !

  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

Le chantier avance bien !

FE81DD4F-83A1-49F5-A83B-8B10049DA1C6.JPG

JOUR 54 - 28 février 2022

Bonne nouvelle depuis Ushuaia : le chantier de reconstruction du Trimaran Use It Again! avance très bien. L’équipe des Argentins travaille en composite sur l’étrave, la coque centrale et la dérive, tandis que les Français s’occupent de la bôme, de la chaise d’arbre d’hélice, de l’antenne satellite, etc… L’ambiance est studieuse et bonne sur le terrain de l’Armée Argentine situé dans la baie d’Ushuaia. 

Objectif : Remise à l’eau dans une semaine et départ mi-mars pour la poursuite du Tour du Monde à l’Envers.

 

5B1736DF-2E35-4678-BBE5-6881E4BFE6B6.jpge0d821e1-86af-403c-ae75-b039590e0810.jpg

www.www.useitagain.earth

 

 

HokaHey !

Link to comment
Share on other sites

Buenos Aires, quelques heures d’arrêt

JOUR 57
3 mars 2022

Les réparations sur le trimaran Use It Again! progressent vite et bien ! La remise à l’eau est toujours prévue à partir de dimanche à Ushuaia. 

Romain a passé un peu de temps à Buenos Aires où il a rencontré Madame Claudia Scherer -Effosse, Ambassadrice de France en Argentine.

C’est notamment grâce à elle et ses équipes que nous avons pu organiser le chantier de Use It Again! sur le terrain de l’armée Argentine en baie d’Ushuaia. Un immense merci à elle  !

65d0df76-91ef-4692-9ba0-6f28754e6127.jpg

www.www.useitagain.earth

 

Avant de s’élancer sur la suite de ce Tour du Monde à l’Envers

HokaHey !

Link to comment
Share on other sites

Posted (edited)

La dream team à Ushuaia

JOUR 61
7 mars 2022

5E6C5727-4FE8-4851-A99C-918F49243483.jpg

Ils s’appellent Marion, Alain, Jean, Diego, Pablo et Ciro, voici la dream team de Use It Again! qui a participé à la reconstruction du Trimaran à Ushuaia. Après 10 jours de travail intense, le chantier est presque terminé et le bateau devrait être remis à l’eau cette semaine dès que les conditions météo le permettront. Un grand merci à notre belle équipe venue de France et d’Argentine pour leur implication, leur motivation et leur professionnalisme !

L’aventure continue !

www.www.useitagain.earth

HokaHey !

Edited by tsi-na-pah
Link to comment
Share on other sites

De retour sur l’eau !

 

8c357792-b38f-42e2-967f-63cd9300db8b.JPG

JOUR 65
10 mars 2022
 

Un mois après l’accident en baie de Cook pendant la tentative du Record du Tour du Monde à l’Envers, le trimaran de l’économie circulaire a été réparé et remis à l’eau à Ushuaia.

Malgré des dégâts importants sur le bateau,  Romain et l’équipe de Use It Again! ont tout mis en œuvre pour réaliser un chantier  dans des conditions compliquées à l’autre bout du monde. Mais Impossible n’est pas Pilliard !

60bb6502-c2c9-4db8-8e48-1912e68d73ab.JPG

Merci à Marion, Jean, Alain, Pablo, Diego, Ciro pour leur superbe travail, à l’équipe du Ponant pour l’énorme coup de main et bien sûr à l’Armée Argentine de nous avoir permis de faire ce chantier sur ses terres.

e6a21065-5d14-4bf6-b695-dd50fa253e91.JPG

L’aventure continue, on vous en dit plus en début de semaine prochaine !

cdfbd8ac-9011-4f12-9ee5-6b7d7a10132f.JPG

www.www.useitagain.earth

 

 

HokaHey !

  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

Posted (edited)

Poursuite du Tour du Monde à l’Envers, avec escales.

JOUR 69
15 mars 2022

d1eb1860-d059-4c8b-809f-6f573fb85457.JPG

Extia devient Sponsor-Titre, départ demain !


Malgré des dégâts importants sur le bateau suite à son échouage en baie de Cook en février dernier, le skipper et l’équipe de Use It Again! by Extia ont tout mis en œuvre pour réaliser un chantier de réparation dans des conditions compliquées à l’autre bout du monde. Mais impossible n’est pas Use It Again! À peine un mois après la désillusion de la fin de la tentative de Record du Tour du Monde à l’Envers en double, Romain Pilliard est prêt à repartir non plus pour se battre contre un temps de référence mais pour défendre son engagement, celui de faire bouger les lignes pour protéger l’Océan et promouvoir l’économie circulaire.

« Ce projet, ce bateau, c’est toute ma vie, j’ai emmené des partenaires, des scientifiques, mon équipe, ma famille et c’était impossible pour moi d’imaginer perdre ce bateau alors que nous lui avions donné une seconde vie en le récupérant en 2016 à l’état d’abandon. Impossible aussi d’envisager que l’aventure s’arrête à Ushuaia ou de me résoudre à faire demi-tour vers Lorient d’où je suis parti le 4 janvier dernier », explique Romain. « Nous avons tout fait pour le remettre en état ici à Ushuaia malgré des dégâts sur la structure, et ce dans un temps de record pour repartir avant l’hiver australe, et nous y sommes arrivés, c’est extraordinaire ! Nous avons aussi décidé de rebondir et de réécrire un peu le scénario de ce Tour du Monde avec des escales cette fois-ci pour prendre le temps d’aller à la rencontre d’associations engagées dans la protection de l’environnement, et continuer nos actions de sensibilisation. Nous avons un réseau très riche de porteurs de projets pour la protection de l’Océan, notamment avec l’association Respect Ocean. Nous allons aussi intervenir dans les écoles avec Titouan et Colas, mes enfants qui sont eux-même ambassadeurs de l’association Children for the Oceans ». Parmi les grands projets initiés sur ce début de Tour du Monde, il y a aussi la réalisation de la première cartographie sonore de l’Océan en collaboration avec le scientifique Olivier Adam, les relevés se poursuivront ainsi tout au long du parcours. Pendant le chantier à Ushuaia, une caméra sous-marine a été ajoutée au dispositif d’hydrophone déjà installé pour la première partie du Tour du Monde, afin de compléter l’étude sonore et y ajouter de nouvelles données. Extia réalisera d’ailleurs le site internet dédié aux partages open source de ces données.  

3 étapes, un programme sur 100 jours :
– La traversée de l’Océan Pacifique : Ushuaia – Papeete (Polynésie) 
– La traversée de l’Océan Indien : Papeete – Cape Town (Afrique du Sud)
– La remontée de l’Océan Atlantique : Cape Town – Lorient.  

Un nouvel équipier et une belle histoire.
Pour cette première étape vers la Polynésie, c’est Christophe Colaris, Commandant du navire Le Lyrial de la Compagnie du Ponant qui accompagnera Romain. Un joli clin d’œil à l’histoire puisque Christophe et son équipe ont été parmi les premiers à aider Romain Pilliard lors de son arrivée à Ushuaia. Le commandant du Lyrial a mis son équipage à disposition du skipper de Use It Again! pour préparer le trimaran avant sa sortie de l’eau et lui a fourni des moyens logistiques. Dans ce moment extrêmement difficile, Romain a été touché par les qualités humaines et l’enthousiasme de ce marin au long cours. « Christophe a vraiment fait partie de la réussite de l’aventure Use It Again! à Ushuaia. C’est un bon marin, et même s’il n’a pas l’expérience de ce genre de bateau, je sais que je pourrai compter sur lui et je suis heureux de lui offrir cette expérience. Ce sera une belle aventure humaine pour nous deux ! » 

Toute l’équipe de Use It Again! by Extia tient à remercier l’ensemble de ses partenaires, mécènes et soutiens : Extia, Tikehau Capital, Haltra, Aqualung, Applied Satellite Technology, La Fondation du Ponant, Horizon Bagages à vivre, Tag Heuer, Solbian, MyDiTex, Pepper bay, le groupe Vicbag, La Maison du Chocolat, France Info, Brut. Dans l’adversité, ils ont su répondre présents et bien plus encore pour permettre à l’aventure de continuer.

d834e8e5-a18e-4076-846a-10724dd587b1.jpg

www.www.useitagain.earth

Que les quatre vents soufflent

HokaHey !

Edited by tsi-na-pah
  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

Bye bye...

371D8A0A-DF19-4B90-BDD8-971D009AAAE3.jpg

et merci Ushuaïa !

JOUR 70
16 mars 2022

Bonne nouvelle, Romain et Christophe ont quitté Ushuaia ce mercredi. Ils sont actuellement dans le canal de Beagles et devraient rejoindre la baie de de Cook tôt demain matin pour entamer le grand saut dans le Pacifique ! Un départ un peu précipité puisqu’il faut comme toujours composer avec la météo, l’hiver austral arrive, les températures baissent et c’est même sous la neige que le duo devrait passer sa première nuit dans les canaux de Patagonie. Christian Dumard, le routeur à terre a conseillé à nos marins de partir au plus vite pour ne pas avoir du vent trop fort en sortie de baie de Cook demain.

C’est évidemment un grand moment pour Romain de quitter Ushuaia après un mois passé dans ce port du bout du monde. L’aventure Use It Again ! by Extia est lancée !

Pour Christophe Colaris, c’est une incroyable aventure qui a commencé, le commandant du Ponant dont la relève est arrivée lundi sur son navire Le Lyrial vient de passer 24 heures en voiture, en bus et à pied pour réussir à rejoindre Ushuaia dans les meilleurs délais (il est arrivé hier soir à 23h) sans passer par des transports aériens qui lui faisaient faire le tour de l’Amérique du Sud alors que seulement 250 km séparaient Le Lyrial de Use It Again! by Extia. Une mission digne de Phileas Fogg ! « Je suis enthousiaste et motivé à la fois par l’aventure nautique que par l’expérience humaine de cohabitation dans un espace restreint où les quarts de 4 heures vont s’alterner avec l’obligation de gérer au mieux les temps de repos. Ce type de proposition ne se présente qu’une seule fois dans une vie », expliquait Christophe avant le départ. 

646C7F2F-743B-4D97-9966-0C5F1845330B.JPG

www.www.useitagain.earth/

22031804293126111017833693.png

 

Anyway The Wind Blows

HokaHey !

 

  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

JOUR 72 - 18 mars 2022

Romain et Christophe ont fait leur entrée dans le Pacifique mercredi matin sur le trimaran Use It Again! by Extia. Nos deux marins progressent entre 9 et 14 noeuds le long de la côte chilienne.

« Salut à tous, tout va bien à bord de Use It Again! by Extia, nous avons pris nos marques avec Christophe. Nous faisons cap au Nord-Ouest et nous avons dépassé la latitude de Puerto Natales au Chili. Les conditions sont sollicitantes depuis notre départ, le vent est très irrégulier passant de 10 à 35 noeuds en quelques minutes et cette nuit la mer était très formée. Voici une photo de notre arrivée dans le Pacifique mercredi. On vous envoie très vite plus de nouvelles, promis ! » Romain.

53F2022D-E679-4039-B95A-E31201CFB7DE.jpg

 

22032004562426111017835360.png

www.www.useitagain.earth

 

 

20191129_JMP13770.jpg

HokaHey !

  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

 Salut la terre !

80220118_230058.jpeg

JOUR 74 - 20 mars 2022
1000 milles dans le sillage

Quatre jours après le départ d’Ushuaia, l’équipage du trimaran Use It Again! by Extia a parcouru  1000 milles et fait cap au Nord. 

« Salut la terre ! Ici le Pacifique qui ne porte pas du tout son nom ! Nous sommes repartis dans les mers du Sud, il fait froid. On a eu pas mal de neige dans la sortie du canal de beagles, le bateau était recouvert en quelques minutes. Nous avons entre 25-48 nœuds depuis 12 heures, ça déboule bien ! Heureusement, nous sommes au portant mais Use It Again by Extia se fait quand même régulièrement chahuter avec de très grosses vagues de travers qui le font vibrer de la tête de mât à la dérive.

Impressions mêlées, toujours un peu la sensation d’être dans le cosmos avec mon petit mal de mer comme à chaque départ, j’ai dû manger trois cacahuètes depuis mercredi ! Je repense à tout ce qui s’est passé en un mois à Ushuaia, je suis passé par tellement d’émotions là-bas, contraint et forcé, j’ai aimé cette escale, cet enthousiasme commun de tout le monde sur place, de la marine Argentine, du soutien moral de mes partenaires, avec du recul, je me dis que je vis une aventure dingue !

On a empanné cette nuit pour faire le tour de l’anticyclone, on monte plein Nord. C’est plutôt bien, ça avance bien, on a hâte d’arriver dans le chaud car il fait très humide et un peu trop gris à mon goût dans le coin !  » Romain à bord de Use It Again! by Extia.

22032201540726111017837955.png

www.www.useitagain.earth

 

 

HokaHey !

  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

Cap sur l’îlot Sala y Gomez !

80220324_162431.jpeg

 JOUR 79 - 25 mars 2022

« Salut les terriens, on a passé le 100ème méridien Ouest et nous nous dirigeons vers le petit îlot Sala y Gomez*, le trimaran glisse à 15 noeuds. Nous progressons dans un flux de Sud-Est de 12 à 15 noeuds, les conditions sont parfaites et le Pacifique commence à nous offrir de somptueuses lumières. Tout va bien à bord de Use It Again! by Extia. »

 

80220324_181845.jpeg

 *L’île Sala y Gómez est située à 391 kilomètres à l’est de l’île de Pâques, la terre la plus proche et, à 3 210 kilomètres à l’ouest des rives de la région du Biobio, au Chili. L’île Sala y Gómez est constituée de deux îlots qui ont été découvert par le marin espagnol José Salas Valdès en 1793, et c’est un certain José Manuel Gomez qui en fit la première description en 1805, d’où la dénomination de îlot Sala y Gomez. 
C’est une île volcanique, partie émergée d’une haute montagne sous-marine qui s’élève d’un fond marin situé à 3 500 mètres de profondeur. Sa superficie est d’environ 15 hectares, soit 0,15 km2, et sa longueur est de 770 mètres. Son plus haut point, au sud de l’île orientale, est de trente mètres. L’île est couverte de sel de mer et la côte est truffée de bassins au pied des falaises rendant l’accostage difficile. L’île abrite une douzaine d’espèces d’oiseaux et bien que dépourvue d’arbres, elle abrite quatre espèces de plantes essentiellement des fougères.

th?id=OIP.kghG_DFMXr-5f8m7corURwHaE7&pid=Api

Location-of-Easter-Island-Salas-y-Gomez-Island-and-Desventuradas-Islands-in-relation-to.png

Vue aérienne de l'île Sala y Gómez.

22032703484826111017844126.png

www.www.useitagain.earth

  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

Ile de Pâques dans le sillage

JOUR 82 - 28 mars 2022

Après 11 jours de mer sur le Pacifique, Romain et Christophe, l’équipage du Trimaran Use It Again! by Extia, ont contourné la célèbre île de Pâques, véritable joyau du Pacifique.

Dans des alizés légers, le trimaran progresse entre 12 et 17 nœuds vers sa destination : Papeete en Polynésie Française. Les nuits sont toutes plus belles et douces les unes que les autres, le ciel étoilé… Ainsi va la vie sur le Pacifique.

Focus sur l’Ile de Pâques, devenue la plus grande zone de protection marine d’Amérique latine ! 

Perdue au milieu du Pacifique, l’île de Pâques située à 3601 km à l’ouest de la côte du Chili et 2075 km à l’est de la Pitcairn, est une des îles les plus isolées du monde ! Célèbre pour ces statues Moai, elle a une superficie de 164 km2 et abrite près de 8000 habitants à l’année.
Autour de cette île, il n’y a pas de barrière de corail mais une eau claire et transparente avec une visibilité allant parfois jusqu’à 50 mètres, en effet les eaux sont pauvres en plancton et comme il n’y a pas de rivières, il n’y a donc pas de sédiments déversés dans la mer. Un paradis pour les plongeurs  !

La faune marine locale comprend plus de 150 espèces appartenant à 65 familles différentes. En raison de l’isolement de l’île de Pâques, environ 25% des poissons sont endémiques et ne sont trouvés nulle part ailleurs dans le monde.

Parmi les poissons convoités par les navires de pêche industrielle l’albacore, le thon rouge, la morue, l’île a connu une diminution inquiétante de poissons après des années de surexploitation de la pêche, souvent de manière illégale.
Pendant des décennies, des navires de plusieurs centaines de mètres sous pavillon russes, chinois, coréens ou espagnols ont non seulement vidé l’Océan, mais l’ont également pollué, déversant par dessus bord des tonnes de déchets qui ont fini dans les fonds sous-marins ou sur les côtes de l’île.

En 2017, le Chili a annoncé la mise en place d’une aire marine protégée de 720 000 km2 autour de l’île de Pâques. Ce qui en fait la plus grande zone de protection marine d’Amérique latine. Cette surface est désormais interdite à l’activité humaine, qui menaçait de plus en plus la biodiversité unique de la région mais aussi le peuple Rapa Nui dont l’économie et la culture dépendent de ces ressources.

En février dernier lors du One Ocean Summit à Brest, la Polynésie française s’est engagée de son côté à créer une aire marine protégée de 500 000 km2.

IMG_8819.jpg


Les solutions Use It Again! by Extia

Le Trimaran Use It Again! by Extia est le bateau de l’économie circulaire. L’objectif du projet, c’est aussi et surtout de trouver des solutions concrètes pour recycler un maximum d’éléments qu’on ne peut plus réutiliser à bord. 

Quand les galhaubans et les bas-haubans du trimaran sont recyclés en maniques pour sortir vos petits plats mijotés du four, Romain vous explique tout dans la vidéo du jour à six jours environ de l’arrivée à Papeete en Polynésie Française ! 

www.www.useitagain.earth

22033103442626111017849257.png

 

IMG_8820.jpg

HokaHey !

  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

×
×
  • Create New...