tsi-na-pah

Confirmed members
  • Content Count

    2,114
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    5

tsi-na-pah last won the day on July 2 2019

tsi-na-pah had the most liked content!

Community Reputation

227 Popular

3 Followers

About tsi-na-pah

  • Rank
    Expert

Recent Profile Visitors

4,310 profile views
  1. Bon, alors, je suis donc au centre de l’Ouest et des Estiennent bien la barre franche… ! Gast ! au milieu de nulle part en quelque sorte ! Oh, j’ai bien quelques compagnons (compagnes… ?) de voyage, Un bateau qui vient du futur : « AN295622 » quel siècle déjà ça ? Un bateau, jmm38, au sommet d’un pays (38) ou la mer est fort loin ; ou alors c’est le relevé de température normale pour un corps humain normal, un(e) médecin peut-être ? Un mystère, chez Ninaf, qui est « naf » …, Enfin le plus dangereux « L’Aventurier », oui, oui ! il faut s’en méfier de ces fauves de la « Pampa » prêt à tout pour masquer leur équipement et ainsi te surprendre au petit matin d’un réveil brumeux, car le sieur à tous les coups est équipé d’options de concours lui donnant la puissance de feu d’un croiseur. Alors, j’ai installé un rétroviseur histoire de l’avoir à l’œil et le bon ! Reste que je suis pris en chasse par un « ACB », il me semble que cela signifie : « Ancien Col Bleu » … Alors là… !!! Aucun danger...! Le gazier ne m’effroi point, ce n’est plus les flingues de concourt que j’ai à ma disposition, j’ai bien mieux… des avions de chasse à ma pogne... Ah ! Ah ! C'est que, je fut, le temps d'un service Militaire, certe, mais quand même, Timonier sur le porte avion « Foch », oui M'sieur ! et j’y ai gardé quelques amitiés… ! Hé, Hé ! Alors si le gus-gus tente un mouvement de rapprochement façon « ravitaillement en mer », je saurai l’accueillir, en toute "camaraderie" ! afin de déguster un breuvage qui, comment dire… Ben comment dire... En fait, nous avons du arrêter la production, certains clients devenaient aveugles… Cela faisait désordre... Voilà c’est tout… Cap sur l’étrave... HokaHey !
  2. Oyez ! Oyez… Gentes Dames et Beau Damoiseaux… Pour moi tout roule… dans un roulis infernal, faute de vent… ouais, ben moi, je lui mettrai bien un requin Tigre aux fesses au pépère Eole, histoire de le rendre un tantinet plus nerveux… ! M'enfin ! Tudju !
  3. Egalement ! Il me semble que ce ne sont là que des « marques » pour établir le classement « intermédiaire », et non des bouées de validation du parcours... Or nous savons bien que celui-ci ( le classement) est un tantinet « foutraque » voir « cosmique » !... La route est libre...! il me semble...
  4. Hé ! Hé ! Venez voir… Chut ! Chuuut… Pas trop fort… Chuut ... Bon alors, j’ai emprunté cette vidéo chez les voisins, ouais, chez les Extaz en mer... ou un truc com’ça… Bref, ceux d’à côté, là, tout prés… Hé Bé ! R'garde don...!!! Un délire c’te Canot’… ta vue son foc ! pour virer il faut l’enrouler… ! Gast !!! Des grands malades ceux-ci ! T’a bien l’air malin si le petit mécanisme à la "cond'enrouleur" refuse de fonctionner, vu la surface de la toile… gare aux haubans… ! Et, Nous… on navigue sur ce truc là…! Alors là ! si on m’avait dit, ... j’aurai embarqué un plus gros couteau, z’au cas z’ou… Non mais ! une telle toile... Des grands malades s'appele Comanche, le canot...!!! HokaHey ! I
  5. Bon en attendant de croiser « Moby Dick », j’ai sorti mes grigris afin de Marabouter Eole en lui disant « takamba », autrement dit « prend la main » ( la mienne ! bien sûr). Hé, hé ! souvenir d’une navigation, du coté des côtes Africaines où le chant des Griots et leurs mystéres est parvenu jusqu’à mes esgourdes ...! Alors attention bande de furieuses et furieux, de la navigation, mon Maraboutage ne prendra fin qu’a une seule condition … Sing a song of freedom write it in the sky Cap sur l'étrave... Hokahey !
  6. Il manque l'option "pare-battage" ! J'ai donc... prévu, à cette effet, de la toile en"Rab" ! Pour étanchéifier la coque en cas de big bisou avec Dame Cailloux... Pas pour naviguer, hein !... histoire de rester dans les clous du réglement 😜 Tu passes la toile autour de la coque, bien serrée, et hop plus de fuite d'eau ! en théorie... (hé,hé ! mieux que les copeaux de bois de Moitessier ! ) Bref... Ce slalom géant, doublé d'une partie de billard à moult bandes, promet de futur "nervous breakdown" comme l'on dit de nos jours Alors... Cap sur l'étrave...! ps : je pars en C0 🥺 Hokahey !
  7. Eh bien, la voilà la cause de mon retard... Le temps qu'il m'a fallu... pour attraper c'te foutu zozio livreur...! Sauf pour les sieurs : Nico_BHT, tavernierINC et L' Chinwois-62, Vous, vous avez eu l'droit au champagne alors...! Hokahey !
  8. Il me faut changer de lunettes !!! V'la la bonne pirogue...! Donc, cette pirogue à double balancier est équipée de flotteurs dont les fonds plats sont inclinés vers l’extérieur, faisant office de foils !
  9. Enfin, le dernier exemple de ces antiques embarcations est un trimaran que l’on trouve sur les côtes africaines, aux Comores ou à Madagascar. Celui-ci a été relevé à Zanzibar au début du XXe siècle. Si la voile à bordure libre est d’inspiration arabe, la conception du voilier est issue de l’Indonésie. Cette pirogue à double balancier est équipée de flotteurs dont les fonds plats sont inclinés vers l’extérieur, faisant office de "ski" et de foils ! La voile est maintenue sur un mât court, dans l’axe du bateau, et passe sur l’autre amure au louvoyage. D’une longueur de 7 à 9 mètres, ces engins rivaliseraient de vitesse avec nos modernes multicoques...! Hokahey !
  10. ça c'est du canot !!! Alors de l'aut' côté du Pacifique (au Nord de Australie) Prao de l’archipel Bismarck, propulsé par des voiles faites de feuilles tressées (l’ancêtre des voiles rigides !) Le Pacifique magique !
  11. Les pirogues océaniennes. Des bijoux de souplesse et de légèreté qui naviguaient vite et loin ! « Des objets volants !» L’expression convient bien aux futurs AC72 à aile rigide de la 34e Coupe de l’America – surtout qu’ils pourraient bien être munis de foils. Mais c’est aussi, et très exactement, l’expression qu’a employé Pigafetta en… 1521, lors du premier tour du monde à la voile de l’histoire, mené par Magellan, quand il a découvert les pirogues du Pacifique ! Tirons donc quelques bords dans l’Histoire, remontons aux origines du multicoque – aux pirogues océaniennes. Ce sont, déjà ! des catamarans, des trimarans et des praos. Ce sont des voiliers rapides, qui savent remonter au près et filer au portant. Oui, comme s’exclame Pigafetta, ce sont vraiment « des objets volants !» Pour comprendre l’évolution de ces bateaux et leur répartition géographique, de l’océan Indien (Madagascar) aux rivages du continent américain, jetons un oeil sur la carte du peuplement de l’ensemble de ces îles. Ces incroyables mouvements migratoires se sont effectués en plusieurs étapes successives, s'étalant sur… plus de 50 000 ans ! 50 000 ans de migrations à la voile, toutes rendues possibles grâce aux multicoques – catamarans, trimarans, praos – et à la science de la navigation de leurs concepteurs. La première vague de peuplement de l’Indonésie, de la Nouvelle-Guinée et de l’Australie a lieu lors de la dernière glaciation. Les peuples Sunda et Sahul profitent de la baisse du niveau de la mer de 150 mètres pour progresser vers l’Est et le Sud, entre 50 000 à 35 000 avant notre ère (en vert sur la carte). Puis, vers l'an 4 000 avant JC, des peuples venues par la mer de Taïwan se mêlent à eux. À partir de 1 600 avant JC, cette population se disperse en Micronésie (îles Mariannes, îles Marshall…), puis en Mélanésie et jusqu'en Polynésie occidentale (Fidji, Tonga, Samoa) vers l'an 1000 avant JC. Il faut attendre cinq siècles pour que les Polynésiens reprennent leurs migrations vers Tahiti et les Marquises. A partir de ces archipels débute une nouvelle vague de migration, on estime ainsi le peuplement des îles Hawaii et de l'île de Pâques aux alentours de l'an 400 après JC. La migration à travers l’océan Indien touche Madagascar et les îles alentour vers l’an 600, alors que la Nouvelle-Zélande est atteinte autour de 700 après JC. Toutes ces migrations se sont faites en bateau. En multicoque. Et, dès les premiers tours du monde occidentaux, les explorateurs sont subjugués par la vitesse des embarcations rencontrées dans le Pacifique. Si Pigafetta (enbarqué avec Magellan) ne s’attarde pas à une description détaillée des pirogues rencontrées aux îles des Larrons,Thomas Cavendish, en 1588, est impressionné par leur nombre. En 1616, Jacob Le Maire illustre un catamaran des îles Tonga de façon assez pittoresque. Puis Dampier, en 1686, en mesure la vitesse, affirmant : « Ces pirogues sont les bateaux les plus rapides du monde, établissant des moyennes de 18 noeuds sur plusieurs centaines de milles !» ... L’incroyable histoire du catamaran, depuis les origines polynésiennes jusqu’aux AC72 de l’America. Des pirogues océaniennes aux AC72, quelques millénaires d’une histoire passionnante à remonter au plus près des formes et des innovations J'ai eu le privilège d'en côtoyer, lors des fêtes maritimes de Douarnenez, ( j'ai zappé l'année...) impressionnant de vélocité...! Rrock'n'roll à tenir à l'endroit.... Hokahey !
  12. Rien ne sert de courir, il faut parti..heu, arriver à point.... J'arrive donc pépère peinard après l'ouragan.... 😓